Le ruisseau oublie, la Gorge au loup

 Les diverses sources jaillissant de la falaise du haut de Salles-la-Source ont formé, à l’échelle géologique, deux grands ruisseaux : le Créneau et la Gorge au loup (ou Gorge du loup), qui devient, en deçà de la route départementale, le « ruisseau de Cransac », et rejoint le Créneau en amont de la cascade de la Crouzie, au lieu dit de la Dous. Ces deux ruisseaux figurent, avec des tailles équivalentes aujourd’hui sur les cartes IGN et le cadastre :

Les deux ruisseaux du village de Salles la Source sur le cadastre
(Les pointillés qui figurent la partie souterraine ont été rajoutés)

Au cœur du village, le Créneau et ses deux grandes cascades, est le plus connu des deux. Le deuxième ruisseau, le « ruisseau oublié », trop souvent asséché, doit surtout sa réputation aux périodes de très forte pluviométrie où l’on voit jaillir puissamment l’eau de la résurgence par les deux trop-pleins du trou Marite et de la Gorge au loupCe ruisseau mérite également d’être protégé !

 La Gorge au loup, un ruisseau trop souvent asséché

Vers 1860, une des sources, qui l’alimentait en permanence, a été dérivée vers le  Créneau, probablement par les meuniers, pour augmenter en période estivale le débit qui alimentait les moulins.

Le trou Marite et le ruisseau de la Gorge au loup étaient jusqu’en 1930, alimentés également par un réseau de failles à l’intérieur de la falaise, partant de la résurgence principale. Lors de la construction (illégale) du barrage souterrain, toutes les fissures au fond de celui-ci, ont été bouchées, tarissant ce dernier, de façon à récupérer le maximum d’eau pour la conduite forcée et turbine électrique. Les traces de ce colmatage au fond du lac souterrain sont encore visibles aujourd’hui…

Il ne reste donc pour alimenter ce ruisseau que les périodes de très hautes eaux pour le trou Marite et de très très hautes eaux pour le trop-plein de la Gorge au loup. La plupart du temps le ruisseau est donc à sec, bien que son habitat soit protégé, comme celui du Créneau, par les lois européennes. L’intérêt et la valeur  environnementale de ce ruisseau ont été totalement omis (comme tant d’autres choses…) par l’étude d’impact soumise à enquête publique relative au développement de l’usine hydroélectrique…

Nous vous proposons quelques photos pour aller à sa découverte :

Ci dessous, les deux trop-pleins  se rejoignent pour former le ruisseau de la Gorge au loup
(à gauche, la cascade du Trou marite, à droite celle de la Gorge au loup) :

 

Voir aussi  une brève vidéo, filmée lors de la crue du 11 mars 2006 :


la Gorge au loup – le trou Marite par Ranimons-la-cascade

 Le même ruisseau en début de période sèche et ses tuffières en souffrance :

Le ruisseau passe sous la route départementale
et ressort (en périod humide…) en une nouvelle cascade dite du « trou de l’Arnus » :

L’eau tombe dans une vasque naturelle :
 

Ici la vasque lorsque la cascade est tarie :

Le ruisseau est par la suite souvent à sec, hormis quelques flaques résiduelles :

Au niveau du petit pont de pierre (au fond sur la photo ci dessus), une nouvelle source réalimente le ruisseau que l’on appelle ici « de Cransac » :

 

La confluence des deux ruisseaux (à gauche , le Créneau ; à droite, l’arrivée du deuxième ruisseau) :
 

 

9 Responses to Le ruisseau oublie, la Gorge au loup

  1. Matthieu dit :

    Ahh, que de souvenirs dans ce mystérieux ruisseau sec, formé de vasques étagées, dont les nombreuses mousses participent au côté fabuleux des lieux. De mémoire il existe une autre cascade non négligeable avant celle de la départementale, que l’on contourne en passant vers les marnes. La Gorge au loup serait plus belle encore avec de l’eau !

  2. […] la fin de l’après-midi,  l’alimentation en eau du Trou Marite et du ruisseau de la Gorge au loup, du jamais vu en plein été à Salles-la-Source depuis des décennies.  (accès par un petit […]

  3. […] La lettre aborde également le problèmes des quatre cascades de Salles-la-Source. Or « l’administration laisse supposer qu’il n’y a qu’une cascade en cause dans la défense du site de Salles la Source » et oublie le ruisseau de la Gorge au loup. […]

  4. […] le Créneau avait repris son cours naturel et alimenté à nouveau le deuxième ruisseau, le « ruisseau oublié » (voir carte ), prouvant ainsi de manière incontestable que la rivière souterraine alimente bien deux […]

  5. […] Ci-dessus le deuxième bras de la rivière donnant naissance au ruisseau de la Gorge au loup, totalement asséché, suite à de petits barrages construits dans la grotte souterraine ». (Voir : « le ruisseau oublié : la gorge du loup » ) […]

  6. […] Depuis l’arrêté sécheresse signé le juillet 2015 qui interdit les éclusées à compter du 12 juillet et jusqu’à la fin du mois d’octobre 2015, le deuxième ruisseau de salles-la-Source, le ruisseau de la Gorge au loup, souvent asséché, du fait du prélèvement de l’eau par la conduite forcée, coule à nouveau ! (Voir aussi : « Le ruisseau oublié : la gorge au loup ») […]

Répondre à LES ECLUSEES REPRENNENT, LE TROU MARITE EST DE NOUVEAU A SEC… | Ranimons la Cascade de Salles-la-Source ! Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *