Le 1er mai, les habitants de Salles-la-Source ont chanté pour leur cascade

Les habitants de Salles-la-Source et les défenseurs de la cascade multiplient inlassablement depuis quatre ans les actions pour faire connaître leur cause en vue de réhabiliter la grande cascade, joyau emblématique de ce  site et de mettre fin à trop d’année d’exploitation illégale de la chute d’eau  par une microcentrale électrique.

En dépit du temps froid et pluvieux (et des fêtards lanceurs de pétards !), les présents ont pu interpréter, le 1er mai, lors de la fête du village, et sur l’air de Jean Ferrat, leur hymne : « Pourtant, que la cascade est belle… ».

Merci aux amis présents, aux familles de l’école de Salles-la-Source et à Astragale-Production qui a collecté les images et le son !


Pourtant, que la cascade est belle….. par Ranimons-la-cascade

Voir toutes les vidéos de « Ranimons la cascade ! »

Pourtant, que la cascade est belle…

                                                                               (d’après Jean Ferrat)

Pourtant que la cascade est belle
Comment peut-on s’imaginer
En voyant ces eaux qui ont des ailes
Qu’on puisse oser les turbiner ?

Elle est le cadeau des nuages,
Fille des averses, des orages,
De la neige, des giboulées.
Chantant canicule et gelées,
Tantôt douce, tantôt  brutale,
Elle est l’âme du Comtal.
Les pluies d’août ou de février
Qui abreuvent les genévriers
Font battre son cœur de source.
Les siècles qui ont réglé sa course
Dans leurs ateliers souterrains
Tissent sa robe de travertin.

Ses caresses sur la pierre dure
Composent le doux murmure
D’une mystérieuse saga.
Ciselant le fameux delta
L’eau sous le causse a édifié
Un palais de sable pétrifié.
Se mêlant au concert des ans
La voix de l’antique océan
Donne du temps le vertige.
Avant de faire sa voltige
La cascade a connu le mythe
Des stalactites et stalagmites.

Dans le cirque de falaises
Elle est la reine du trapèze
Avec le ciel changeant pour toile.
Elle est une danseuse étoile
Au costume d’eau rutilant
Qui prend son prodigieux élan.
Dans les perles qu’elle fait miroiter
Elle joue à la corde à sauter
Parfois avec les arcs-en-ciel.
Le soleil d’or des cardabelles
L’illumine de son halo.
Elle s’enfuit sous nos bravos.

 pourtant-que-la-cascade-est

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *