Conduite forcee et… passage en force !

Journée mouvementée à Salle-la-Source ce 14 octobre.

Pas d’eau à la cascade ce matin, ainsi en avait décidé sans concertation, la Société Hydroélectrique de la Vallée de Salles-la-Source (SHVSS – gérant : Jean-Gérard Guibert) . peu importe qu’en aval, une pisciculture ait besoin de cette eau pour ne pas mettre en péril son élevage. Motif : travaux sur la conduite.

Durant la matinée, un adhérent découvre qu’une route communale est coupée par des travaux et en informe la mairie… qui n’avait pas donnée d’autorisation.  S’en est suivi un constat de gendarmerie et une demande du maire de régularisation immédiate.

travaux3 fuite cascade 14 oct 2010

 

De fait, une fuite dans la vétuste canalisation est le motif de ces travaux. Mais la fuite est bien en amont et il faudra peut-être déterrer toute la tranchée pour la repérer…  (Sur la photo ci-dessous, l’eau sort en haut par le gravier qui sert de drain) :

travaux1 fuite cascade 14 oct 2010

 

Bilan des opérations : la canalisation sera rebouchée et la turbine est aussitôt remise en route

travaux2 fuite cascade 14 oct 2010

 

 

Communiqué de presse du 14 octobre 2010

« Une fois de plus, le gérant de la micro centrale électrique de Salles-la-Source vient de donner la mesure du respect qu’il a de la loi et de la considération qu’il porte à la population locale. Sans l’intervention de notre association, sa nouvelle tentative de passage en force, ce jeudi, aurait pu passer inaperçue.

L’urgence de réparer la conduite forcée de son usine ne l’a pas empêché de turbiner d’abord l’eau du barrage souterrain. Il lui aurait suffi de laisser ce barrage se remplir et le trop plein s’écouler dans la rivière. Il a préféré ne pas perdre un kilowatt et mettre en péril la pisciculture d’aval en la privant d’eau. Prévenu par fax quelques jours avant, le propriétaire de cette pisiculture s’est trouvé ainsi mis devant le fait accompli. Voilà qui lui apprendra, en plus, à dire haut et fort ce qu’il pense des méthodes du concessionnaire…

Et que dire de l’attitude de ce dernier vis-àvis de la mairie à qui il n’a pas davantage daigné demander son autorisation pour des travaux effectués sur la voie publique ?

L’urgence de réparer une fuite sur la conduite forcée derrière laquelle ne manquera pas de s’abriter  le gérant de la microcentrale est totalement bidon. Ou plutôt l’urgence sur cette conduite forcée dramatiquement vétuste est permanente au point de poser un grave problème de sécurité : qu’elle vienne à se rompre dans sa traversée de la route et c’est une colonne d’eau de soixante-dix mètres qui jaillira à 70 m de haut, avec la force d’un boulet de canon.

Il serait grand temps que chacun comprenne à quel point la situation de non-droit qui règne à Salles-la-Source ne peut plus durer. On n’ose pas imaginer le surcroît de nuisances que l’accroissement des prélèvements d’eau demandé par le concessionnaire  entraîneraît non seulement pour la grande cascade mais pour tout l’aval. Notre association luttera de toutes ses forces pour le retour du bon sens. Pour l’immédiat, elle assure le propriétaire de la pisciculture de Gourjan de sa pleine solidarité. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *