Quel avenir pour la cascade ?

Ce texte a été envoyé à tous les habitants de la commune de salles-la-Source. il fait le point sur la situation de la cascade à la fin-janvier 2011 :

 

« II est du devoir de chacun de veiller à la sauvegarde du patrimoine naturel dans lequel il vit »

(loi du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature – article 1).

 

L’avenir de la cascade va se déterminer dans les semaines ou mois qui viennent. L’association « Ranimons la cascade ! » se bat depuis déjà plus de sept mois pour que cet élément de patrimoine majeur de notre commune, auquel beaucoup d’entre vous sont attachés, ne soit pas bradé pour 30 ans de plus

 

touristes-cascade.jpgLe 15 juin dernier, démarrait l’enquête publique au sujet de la nouvelle autorisation d’exploiter demandée par la  société hydroélectrique de la vallée de Salles-la-Source (Jean-Gérard Guibert). Alerté par les élus municipaux, un collectif s’est constitué afin de mobiliser l’opinion des habitants de la commune sur les enjeux et de les inciter à étudier le projet de développement de l’usine électrique et à participer au débat public.

Depuis le collectif s’est transformé en association pour avoir une existence légale.

 

 

Une mobilisation historique

C’est ainsi qu’une mobilisation incroyable s’est produite sur notre commune, à l’initiative de ce collectif. Du jamais vu depuis bien longtemps : réunion publique du 18 juin, rassemblement populaire du 3 juillet, participation massive à l’enquête publique (plus de 50 interventions rassemblant 380 signatures et demandant massivement un débit plus important pour la cascade),
« vente aux enchères », spectacle humoristique du 21 août, réunion d’information et soirée mémoire du 6 novembre, pétition en ligne… Par centaines, vous vous êtes manifestés, plusieurs fois pour certains d’entre nous, pour que vive la cascade de Salles-la-Source !

 

Un patrimoine exceptionnel

Nous avons la chance et la fierté d’être les habitants d’une commune forte d’un patrimoine naturel riche, reconnu et envié. L’eau en est un élément important et incontournable. Souterraine sous le Causse Comtal, en surface le long des vallées du Faby et du Créneau, l’eau est un trait d’union entre nous tous. La grande cascade de Salles-la-Source en est l’aspect patrimonial le plus connu. Que serait Salles-la-Source sans sa source ? Elle est le symbole même de notre commune. C’est autour d’elle que s’est bâti notre village puis que s’est développée notre commune. Notre cascade est l’équivalent pour Rodez de son clocher ! Elle est notre image, notre identité, reconnue et célébrée par tous les guides et dépliants touristiques… et par les poètes !

 

Vous êtes nombreux à nous dire que lorsque vous recevez des amis ou des membres de votre famille, il n’est pas rare que vous alliez passer un moment auprès de la cascade. Elle est un lieu agréable et beau qui varie selon les saisons et qui prend selon les heures du jour et les moments de l’année des aspects différents…

 

cascadeUn patrimoine peu valorisé

Nous observons toutefois que ce patrimoine ne génère pas la notoriété attendue. Le site de Salles-la-Source qui en est la pierre d’angle n’est pas connu et reconnu à sa juste valeur. Des raisons sociales, historiques, économiques l’expliquent et rien ne sert de se retourner sur le passé mais l’existence d’une micro centrale hydroélectrique n’y est pas étrangère. Toujours magnifique sur les dépliants touristiques, la cascade n’est souvent qu’un mince filet d’eau qui déçoit le visiteur. De par son mode de fonctionnement même, l’usine ne contribue à la vie de l’ensemble des ruisseaux et cascades qui constituent le site de Salles-la-Source : prise d’eau dans la falaise, fonctionnement par à-coups, assèchement régulier des ruisseaux, impact sur les poissons, odeurs d’eau qui croupit. Aujourd’hui la question se pose de savoir si nous voulons transmettre autre chose à nos enfants.

 

Un incroyable soutien
Rarement on aura vu autant de soutiens d’horizons aussi différents affluer si vite et si nombreux que pour défendre la cause de notre cascade de Salles-la-Source ! C’est l’unanimité des élus qui s’est d’ores et déjà manifestée à commencer par le Conseil Général de l’Aveyron (Dès le début, Anne Gaben-Toutant, conseillère générale de Marcillac a joué un rôle déterminant ainsi que Bernard Burguière, conseiller général de Conques et président de la Commission tourisme du Conseil Général et Pierre-Marie Blanquet, vice-président du Conseil Général). Soutien aussi du Conseil Régional (avec Marie-Françoise Vabre, chef de file d’Europe-Ecologie), les sénateurs, le député et, bien sûr, le Conseil Municipal de Salles-la-Source.

 

C’est lui qui a, en quelque sorte, sonné le réveil en donnant une conférence de presse à la fin du printemps dernier en rappelant le non paiement de la redevance due à la commune par le concessionnaire de la micro centrale. Depuis lors, onze conseillers municipaux ont adhéré à notre association !

 

Citons encore le soutien de l’Office de Tourisme du Vallon de Marcillac, de Christian Bernad, président de l’Association pour le développement de la Vallée du Lot (à titre personnel), le député européen José Bové, Jean-Louis Chauzy, président du Conseil Economique et Social Midi-Pyrénées, Marc Censi, ancien président du Conseil régional et ancien maire de Rodez, les cinéastes Claude Nuridsany et Marie Pérennou, auteurs de Microcosmos, Jean-François Sautereau, ancien président de l’Université Paul Sabatier de Toulouse, des administrateurs de l’Agence Adour-Garonne… Une liste longue et prestigieuse de personnalités qui nous toute affirmé que l’enjeu de ce débat dépasse -et de loin- notre seule commune.

 

Le 15 juin dernier, démarrait l’enquête publique au sujet de la nouvelle autorisation d’exploiter demandée par la société hydroélectrique de la vallée de Salles-la-Source (Jean-Gérard Guibert). Alerté par les élus municipaux, un collectif s’est constitué afin de mobiliser l’opinion des habitants de la commune sur les enjeux et de les inciter à étudier le projet de développement de l’usine électrique et à participer au débat public.

 

« La cascade est « notre bien commun » qui mérite toute notre vigilanceet tout notre intérêt »
Anne-Gaben-Toutant, Conseillère Générale de Marcillac

 

« Un des plus beaux sites de France »

 

gravure allégée cascade salles la source 1833-copie-1II n’y a guère de secret à une telle mobilisation… Déjà, par elle-même, la beauté de Salles-la-Source suffirait : on a du mal à comprendre qu’un tel site, qualifié au XIXème siècle par Elysée Reclus de « l’un des plus merveilleux de France », ait pu être pareillement saccagé. Par delà ces arguments esthétiques et poétiques, beaucoup nous disent que l’énorme potentiel économique du site se trouve ainsi gâché. Pour une production très faible de kilowatts-heure qui ne profite qu’à une société privée, on est en train de passer totalement à côté, sinon d’une poule aux œufs d’or, du moins d’atouts considérables pour le développement non seulement du village de Salles-la-Source, mais bien de toute la commune, et, au-delà, de l’ensemble de la région. Qu’on imagine ce que serait Salles-la-Source avec une grande cascade qui ne coulerait pas seulement sur les prospectus, mais bien toute l’année, attirant des visiteurs de plus en plus nombreux sur un site de mieux en mieux aménagé, avec, par exemple, un sentier conduisant jusqu’au Trou de l’Arnus…

 

Viennent s’ajouter le Musée du Rouergue, des dizaines de dolmens de la commune, des églises romanes, des châteaux, des possibilités d’initiation à la spéléologie, bref de toute cette richesse à ce jour presque inexploitée qui peut très facilement transformer Salles-la-Source en une halte majeure sur la route de Conques.

 

De nouveaux gîtes peuvent ainsi se créer, des commerces ouvrir, une production fermière se mettre en place… Lors du XXème anniversaire de l’AOC Marcillac on a beaucoup parlé d’ « oeno-tourisme ». Nos vignerons seront les premiers bénéficiaires du renouveau de Salles-la-Source.

 

C’est peut-être la chance de ce site d’avoir échappé, comme tant d’autres lieux devenus prestigieux avec beaucoup moins d’atouts, aux avatars du tourisme sauvage. Il y a véritablement de quoi mener à Salles-la-Source un développement contrôlé, intelligent et humain. Toute une prise de conscience nouvelle est en train de se faire jour, en même temps qu’une volonté de sortir du fatalisme qui pesait jusqu’à présent sur ce dossier. Notre association pense y avoir fortement contribué.

 

Il est temps maintenant pour Salles-la-Source et toute la région de reprendre possession d’un bien public et de le valoriser au bénéfice du plus grand nombre.

 

Les lois doivent être respectées

Tout au long de ces sept mois, nous avons dû nous montrer fermes pour rétablir une vérité parfois bien malmenée, parfois du fait de l’Administration. La liste des omissions et contrevérités qui ternissent le dossier est tristement longue… Nous avons dû clamer notre indignation après les conclusions du commissaire enquêteur qui a commis l’été dernier le rapport que l’on sait, très en faveur de l’exploitation de la microcentrale. Ce travail ne l’honore pas, pas plus qu’il n’honore la démocratie.

Par exemple, la maîtrise du foncier qui devrait conditionner toute instruction préalable n’est nullement assurée (servitudes foncières)

Cette même Administration a omis d’organiser la table ronde que nous avions réclamée (et dont la tenue était une réserve à l’avis favorable du commissaire enquêteur), avec tous les partenaires, élus, et associations concernés.

Oubliée aussi la décision prononcée par le Conseil d’État en 1946 qui avait déclaré totalement illégaux les droits d’eaux dont se réclame le concessionnaire de la micro centrale.

Ainsi trouvons-nous chaque jour, en étudiant le dossier de nouvelles anomalies juridiques : il faudrait un roman pour toutes les décrire… Nous les gardons précieusement pour un éventuel recours devant le tribunal administratif…

livre-sls« Améliorer l’existant »

Le nouveau projet « améliore l’existant » : c’est par cette formule magique que les services de la préfecture ont endormi plus d’une personne.

Nous nous inscrivons en faux !
Nous avons, en particulier, démonté l’argument selon lequel le gérant de la micro centrale prétend donner plus d’eau à la cascade tout en doublant la capacité de sa conduite forcée !

Ce qui va changer, si nous ne faisons rien :

– Fin du débit plus important le dimanche comme depuis 1980.

– Débit très faible en hiver de 40l/s. C’est vraiment un petit filet d’eau. Hormis quelques journées de précipitations exceptionnelles, le doublement de débit de la nouvelle canalisation nous privera d’une grande partie des eaux d’hiver, au bénéfice de l’usine qui verra sa production accrue au prix d’achat fort.

– Débit promis en été inatteignable : en effet, le débit promis de 100l/s en période estivale est basé sur un mensonge que nous avons plusieurs fois dénoncé : 100 l/s est déjà le débit moyen en juillet-août. De fait, chaque fois qu’il sera dépassé, l’eau sera turbinée, chaque fois qu’il passera en dessous, l’eau ne nous sera pas donnée, puisqu’elle n’y sera pas !

En réalité, c’est la nouvelle loi sur l’eau qui améliore l’existant en obligeant l’exploitant à laisser un minimum de 10% de l’eau pour la vie du ruisseau et un débit supplémentaire pour les autres usages de l’eau, ici bien évidemment la cascade. Cet article de la loi sur l’eau est tout simplement inappliqué.

Nous sommesdéterminés à n’accepter la dérivation vers la centrale que l’excédent du débit  après réservation des 400l/s qui, selon nous, constitue le minimum pour avoir une cascade de Salles-la-Source digne de sa réputation (rappelons que le débit moyen interannuel serait de 700 l/s). L’intérêt général doit primer. Nous sommes dans notre association, favorables aux énergies douces, mais pas au prix du sacrifice d’un site comme celui-ci !

« Nous sommes tout à fait sur la même longueur d’onde que votre association »
Robert Caule, Maire de Salles-la-Source

 

Un exploitant sans scrupule

A qui donc l’État s’apprête t-il à donner toute sa confiance et nous demande-t-il de donner la nôtre ? A un chef d’entreprise qui n’a pas hésité à dénoncer la convention avec la commune (II lui demandait de lui rembourser toutes les redevances payées depuis 1980, soit 245 091 € !).

Il a également dénoncé la convention avec un riverain. Ces deux procès étant perdus, il s’est retrouvé pour deux années en redressement judiciaire et refuse depuis 2005 de payer sa redevance, au motif que « la concession est terminée », ce qui signifierait qu’il exploite illégalement depuis 5 ans…

A noter que l’accord avec la commune (revu en 1982) lui exigeait de laisser « une quantité d’eau suffisante » dans la cascade tout au long de l’année et notamment les samedis, dimanches et jours fériés : on sait trop bien comment cet accord a été très mal respecté et les samedis vite oubliés…

A noter enfin que l’exploitant a été de nombreuses années injoignable ne répondant à aucun courrier de la mairie…

 

P7070009Qu’en est-il de la sécurité ?

Dans le cadre de l’enquête publique, le conseil municipal de Salles-la-Source posait la question de la sécurité en demandant « que soit prise en compte les risques liés à l’instabilité de la masse rocheuse du cirque de Salles-la-Source quand à son incidence sur la pérennité des installations… En cas de rupture de la conduite ou du barrage (suite à mouvement rocheux, fortes précipitations, vétusté), les dégâts occasionnés aux biens des riverains de ces installations seraient importants, sans parler d’éventuels dommages humains»

On ne saurait mieux situer l’enjeu pour les municipalités, responsables au premier titre selon le code des collectivités locales de la sécurité en général sur le territoire de la commune.

 

Où en sommes-nous aujourd’hui ?

Aujourd’hui, nous sommes forts de 185 membres et d’innombrables soutiens, nous avons l’opportunité et la capacité de « ranimer la cascade ! ». Nos enfants et ceux qui nous succéderont dans cette commune seront fiers de nous.

Notre municipalité devra, malgré des pressions plus ou moins avouées de l’autorité de tutelle, utiliser la compétence qui est la sienne pour stopper le fonctionnement d’une installation en fin de droit (concession terminée depuis 2005) et dangereuse (4 fuites dans les derniers deux mois). La tentation d’une négociation sur une nouvelle redevance doit être évitée. Parce que notre patrimoine pas plus que notre honneur ne sont à vendre, parce que nous ne voyons par pourquoi celui qui refuse de la payer aujourd’hui, accepterait demain !

 

Malgré tout…

En dépit de tous nos efforts, des décisions seront peut-être prises qui iront à rencontre de cette vision que

nous défendons. Demain nous devrons peut-être envisager de porter l’affaire devant les tribunaux. Nous pensons ensemble avoir gain de cause car notre cause est juste.



Nous avons besoin de votre soutien

Nous savons par nombre de retours amicaux que notre action reçoit un accueil très favorable de la population et nous nous adressons à vous tous, conscients que le chemin sera long.

Nous avons donc, plus que jamais, besoin du soutien du plus grand nombre. Avec vous, nous ne baisserons pas les bras. Nous nous devons de reconquérir notre cascade tant pour les générations futures que pour ceux de nos prédécesseurs qui, à Salles-la-Source même, ont depuis les années 1930 initié cette lutte dont nous ne sommes finalement que les héritiers.

En cette période de vœux, nous oserons donc cette conclusion, laissant à chacun le soin de la méditer : se battre pour cette cascade, c’est aussi lutter pour un monde meilleur, un monde que ne domine plus l’argent et la loi du plus fort, un monde où l’avis des simples citoyens est pris en compte et où la nature est enfin respectée…

 

Que vive Salles la Source… et sa cascade enfin ranimée !

 

Le C.A. de « Ranimons la cascade ! »

 

«Cette cascade c’est celle à tous; l’enfant y découvre le beau, la force de la nature, le cours de géologie. Elle doit être maintenue au même titre que l’abbaye de Conques ou les vitraux de Soulages que j’aime, c’est un tout sur cette route. C’était ma commune où j’ai grandi ; la cascade de la Roque a subi les outrages du temps , LA CASCADE DE SALLES-LA-SOURCE EST UN JOYAU.JE VOUS EN SUPPLIE GARDONS LA POUR TOUS. Entretenons-la »


( message reçu sur la pétition de soutien)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *