Un intéressant éclairage historique, selon Centre-Presse

centre-presse-cascade-26-avril-11

Centre-Presse dans son édition du 26 avril évoque l’article du Canard  Enchaîné et l’intéressant éclairage historique apporté par celui-ci. Il évoque également la mobilisation que veut susciter « Ranimons la cascade !  » le 1 mai :

QUAND LE CANARD ENCHAINE S’INTERESSE A LA CASCADE

Le journal satirique porte un intéressant éclairage historique.

Les opposants seront actifs à Salles-la-source à la Fête du muguet.

centre-presse-cascade-26-avril-11« La cascade de Salles-la-source a droit cette semaine à une centaine de lignes signées du «Professeur Canardeau» dans l’hebdomadaire satirique daté du 20 avril. L’auteur de l’article porte un éclairage historique qui va à l’essentiel et permet du même coup de mieux comprendre pourquoi nombre d’habitants de cette commune et des environs se mobilisent actuellement pour qu’on leur rende leur cascade, comme le dit et le répète le collectif «Ranimons la cascade». Ainsi est-il rappelé l’origine du détournement de l’eau des différentes sources du village, en 1928, par le sénateur Amédée Vidal, dans le but d’alimenter via une conduite forcée la microcentrale qu’il a construit en contrebas, réduisant du même coup le débit de la cascade « à un filet de douche qu’on a oublié de fermer ». Mais le plus piquant dans l’article du Canard Enchaîné arrive après, quand ce journal précise que « le sénateur avait oublié de faire une demande de concession. Son installation était donc illégale. Heureusement, en 1980, tout s’arrange : un décret ministériel accorde à la centrale une concession pour une durée de vingt-cinq uns. Belle récompense de la part de l’administration pour des fraudeurs qui ont illégalement siphonné l’eau pendant cinquante-deux ans», ironise le Canard Enchaîné. Qui enfonce le clou en s’interrogeant sur l’existence de droits fondés en titres sur lesquels s’appuie le secrétaire général de la préfecture, Jean-François Moniotte, cité par l’hebdomadaire à plumes, « Sauf que personne n’a jamais vu la couleur de ces documents», se gausse le professeur Canardeau, qui se plaît enfin à citer le gérant actuel de la microcentrale, descendant direct du sénateur, qui déclare : «Tous les jours je laisse couler l’eau, et, si l’alimentation de la cascade est assurée, surtout en période de sécheresse, c’est grâce a la microcentrale », Microcentrale qui se situe, faut-il rappeler… en contrebas de la cascade.

Le collectif « Ranimons la cascade » se mobilise à l’occasion de la traditionnelle fête du muguet de Salles-la-source, dimanche prochain Ier mai.

Ses responsables tiendront un stand équipé de panneaux explicatifs en plein cœur de la fête, stand où seront également mis en vente des cartes postales et des posters au profit de la cause que défend le collectif. Enfin, comme souvent à Salles-la-Source chez les amoureux de la cascade,  un petit spectacle de théâtre de rue et une animation musicale seront proposés à partir de 16 heures. »

Agrandir la photo de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *