Tout va pour le mieux a Salles-la-Source

Dans un communiqué, publié aujourd’hui par Centre-Presse, l’association « Ranimons la cascade ! » dénonce la manière dont Jean-François Moniotte, Secrétaire Général de la Préfecture, présente la réunion du CODERST le 8 décembre  (voir article plus bas) et rappelle inlassablement pourquoi « on n’a pas fini d’entendre parler de Salles-la-Source » :

CP---tout-va-pour-le-mieux-

 

« Tout va pour le mieux à Salles-la-Source, au dire du secrétaire général de la préfecture, Jean-François Moniotte. Et l’ordre règne au CODERST, comme jadis à Varsovie, puisque il y a obtenu un vote majoritaire de l’honorable assemblée pour le projet de chute hydroélectrique. On rappellera simplement qu’elle n’a pas compétence juridique et qu’elle doit délibérer essentiellement sur la sécurité.

Peu importe que le Conseil Municipal y ait exprimé de manière forte et pressante son inquiétude concernant la sécurité et face à une entreprise qui n’honore pas ses engagements, montre une grave fragilité économique et qui multiplie les procès,

Peu importe que le président de « Ranimons la cascade ! » ait été émis à la porte de la commission et n’ait pu apporter un peu de contradiction argumentée dans ce débat, tandis que le cousin et l’ouvrier du pétitionnaire pouvaient rester dans la salle,

Peu importe que la table ronde entre les intéressés, réserve essentielle à l’avis favorable du commissaire enquêteur, n’ait pas eu lieu,

Que les graves anomalies juridiques, que nous avons constatée et ne cessons de dénoncer, preuves à l’appui, n’aient pas reçu de réponse claire à nos objections.

Que la population ait exprimé massivement lors de l’enquête publique son souhait d’un débit plus important d’eau pour la cascade. C’est en effet le cas de 379 sur 380 signataires des différentes interventions recueillies à cette occasion ! La 380ème étant celle d’une entreprise parisienne dont la société hydroélectrique est client…

Que nous ayons le soutien de très nombreux élus, de tous bords et chaque jour plus nombreux,

Peu importe que Madame la Préfète affiche dans ses discours publics son assurance qu’elle veillera à un dialogue approfondi et à un usage équitable de l’eau entre ses divers usages,

Oui, la préfecture, plutôt que de veiller à l’intérêt général porte ce projet comme si c’était le sien,

Oui, l’ordre règne en Aveyron où l’on peut brader le patrimoine à une époque où les collectivités locales ne cessent de nous dire qu’il faut le valoriser et le restaurer car elle sont un moteur de notre développement économique !

Comme l’indiquait le rapport du médiateur de la République du 1 février 2010 : « L’excellence et l’exemplarité de l’action publique et des acteurs publics, sur les bases de l’éthique et de la transparence, sont les seuls moyens de regagner cette confiance qui fait aujourd’hui tant défaut. Le politique, au cœur d’importants conflits d’intérêts, peine à convaincre de son impartialité. La loi n’apparaît plus comme le bouclier du plus faible contre le plus fort, mais comme une nouvelle arme aux mains du plus fort pour asseoir sa domination contre le plus faible. »

La cascade de Salles-la-Source est en train de devenir le symbole de la résistance citoyenne à l’aveuglement et l’entêtement de l’Administration  dont souffrent tant de nos concitoyens.

On n’a pas fini d’entendre parler de notre célèbre cascade ! »

Ci-joint l’article publié par Centre-Presse et Midi Libre le 10 décembre :

 

CP---10-decembre-2010---avi

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *