« Ranimons la cascade ! » : prete a toute eventualite

Communiqué de presse (suite à l’Assemblée générale) au 13 février 2011 :

ag-2011

 

 

« Feu vert unanimement donné au président d’introduire une action devant le Tribunal Administratif de Toulouse si la décision de la préfète était contraire à la position de l’association… C’est la principale des décisions qu’a prises ce samedi soir l’assemblée générale de « Ranimons la cascade ! » réunie à Pont-les-Bains.

Son premier motif de satisfaction : la présence d’une bonne majorité de ses deux cents dix-huit adhérents. Une telle mobilisation ne laisse pas d’être encourageante alors même que d’importantes échéances sont proches. La première est prévue ce jeudi 17 février avec la réunion à Rodez de la Commission des Sites. Cette instance va examiner les conséquences du projet de renouvellement et d’agrandissement de la conduite forcée sur le « site inscrit » au patrimoine. C’est un sujet auquel l’association est particulièrement sensible. Elle l’étudie depuis des mois et estime autorisé l’éclairage qu’elle peut en donner.

Manifestement surdimensionnée, cette nouvelle conduite permettra en effet de turbiner une quantité d’eau deux fois plus importante. Le résultat sera catastrophique : il privera  quasi définitivement la cascade de ce qui a fait jusqu’ici la renommée du village !

Mais l’association n’aura pas l’occasion d’en faire la démonstration aux membres de la Commission puisqu’aucun de ses représentants ne sera autorisé à venir s’exprimer devant elle comme le maire de Salles-la-Source en a fait la demande par lettre à la préfecture. Un épisode de plus qui illustre la conception que l’Administration se fait du dialogue démocratique dans ce dossier pipé depuis le début. L’assemblée générale en a pris note avec une profonde consternation.

L’association réaffirme sa ferme opposition à l’installation de cette nouvelle conduite de plus grande capacité qui ruinerait le site.

Et désormais elle dispose de mesures précises qui lui permettent de visualiser la cascade selon ses différents débits. Ainsi l’assemblée générale a-t-elle voté une motion capitale qui fixe à quatre cents litres au grand minimum le débit exigé. En-dessous de ce seuil, on ne saurait parler de cascade.

En cas d’avis négatif de la préfète à la demande d’autorisation du pétitionnaire, l’association se réjouirait de voir pour partie sauvé le site. Mais elle indique qu’elle contesterait néanmoins devant la Justice les « droits fondés en titre » dont se réclame – selon ses juristes à tort – la Société hydroélectrique. Et elle sera particulièrement vigilante à l’application de la loi sur l’eau, dès le 1 janvier 2014 où elle sera opérationnelle.

Tous les élus et personnalités présents ont réaffirmé leur attachement à ce fabuleux trésor patrimonial que représente le village et le site de Salles-la-Source. Ils sont fermement disposés à tout mettre en œuvre pour le préserver et le valoriser dans l’intérêt de tous ainsi que des générations futures. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *