« Ranimons la cascade ! » ne retirera pas ses panneaux

« Ranimons la cascade ! » communique :

Le chef de la brigade de Gendarmerie de Marcillac vient, par téléphone, de sommer notre association d’enlever les panneaux qu’elle a apposés aux entrées de Salles-la-Source. Menace de lourdes sanctions à l’appui.

Sous une forme ou une autre, ces panneaux sont là depuis sept ans que dure notre mobilisation citoyenne. Le pot de terre que nous représentons se trouve affronté à un véritable pot de fer. Le gérant de la microcentrale qui assèche la cascade bénéficie d’inexplicables complicités jusque dans une Administration qui, à une époque récente encore, a orchestré ce véritable fiasco dénoncé par les inspecteurs de la Mission Interministérielle chargée de faire la lumière sur cette « affaire ».

Depuis le début, pour faire sortir au grand jour les innombrables autant qu’inimaginables fraudes et irrégularités que nous avons peu à peu découvertes au fil du dossier, nous n’avons pas eu d’autre choix que de prendre à témoin l’opinion publique. C’est grâce à tous ceux qui, très nombreux, nous ont soutenus que nous avons pu franchir une première étape décisive : la reconnaissance officielle de « l’affaire » par les plus hautes autorités de l’Etat.

Mais le pot de fer n’a pas dit son dernier mot. L’arrêté préfectoral ordonnant la fermeture de la microcentrale a été cassé en référé par la « Justice ». Les bénévoles que nous sommes ont compris qu’ils n’étaient pas encore au bout de leur peine. Probablement à court d’arguments, la partie adverse voudrait à présent nous faire taire. Alors que subsistent ces irrégularités que nous ne cessons de dénoncer, on vient nous chercher noise pour deux ou trois panneaux ! Et cela alors même, soit dit en passant, que tant d’autres panneaux qui n’ont rien à voir avec des combats citoyens fleurissent dans la contrée.

Nous sommes au-delà d’indignés. Nous nous revendiquons lanceurs d’alerte. Nous sommes respectueux de la démocratie qui est au cœur de notre combat. C’est pour la rétablir que nous sommes mobilisés. Et c’est la raison pour laquelle, en dépit des menaces, nous le disons clairement : nos panneaux resteront en place.

Ce panneau appelant à se mettre « en marche » vers la moralisation
est visé par cette menace répressive contre la liberté d’expression

« Rendons sa grandeur à notre cascade ! » ce clin d’œil a un mot de Trump détourné
par Emmanuel Macron est également visé par « la censure ».

Dépêche du Midi – 18 juillet 2017 :

 

France 3 Quercy-Rouergue – 18 juillet 2017 :


Aveyron : nouvelle polémique autour de Salles-la-Source

Centre-presse – 21 juillet 2017 :

26 Responses to « Ranimons la cascade ! » ne retirera pas ses panneaux

  1. Dupain dit :

    Les gendarmes de Marcillac n’ont-ils pas d’autre chats à fouetter que de s’occuper d’une histoire de panneaux protestataires comme on en voit dans toutes les localités qui vivent un problème de citoyenneté ? Plus que jamais avec vous de tout coeur et prêt à vous rejoindre au moindre signe !

  2. Odette dit :

    Cette mobilisation de la Gendarmerie pendant l’état d’urgence pose des questions… N’ont-ils pas mieux à faire ?

  3. Jean-Michel dit :

    La sommation au téléphone n’a aucun pouvoir juridique.
    Seul le tribunal peut vous ordonner à ôter les panneaux.

  4. Sandra dit :

    Bravo pour vos actions.
    De famille aveyronnaise mais n’y habitant pas, je reviens aussi souvent que possible et à chaque fois je viens admirer cette magnifique cascade qui mérite vraiment le combat que vous menez.
    Encore bravo et MERCI

  5. Martine dit :

    si la justice était respectée il y a longtemps qu’il n’y aurait plus de problèmes !

  6. Franck dit :

    Continuez votre combat car si ils ont de tels agissements c’est qu’ils pressentent que ça ne bouge pas en leur faveur.

  7. Frafer dit :

    Bien que n’habitant pas en Aveyron, je suis de près votre dossier. Nous sortons d’une campagne électorale où tous les candidats y compris le candidat Macron ont affiché massivement de manière illégale sur tous les bords de route et sans être sanctionnés.
    On est visiblement dans du « deux poids et deux mesures ».
    Il paraît évident qu’il y a une volonté politique de vous sanctionner car en général, dans les affaires politiques,les gendarmes obéissent à des ordres qui viennent de plus haut.

  8. Patrice dit :

    En tant que « lanceurs d’alerte », je vous conseille de regarder de près tout ce qui concerne la sécurité. J’ai eu des échos par des ouvriers qui ont travaillé sur l’installation que la conduite forcée était dans le bas dans un état déplorable.
    J’ai vu sur votre site que les alertes de sécurité n’avaient pas fonctionné le lundi de Pâques.
    Une centrale hydroélectrique qui se mettrait « en dépression » pourrait exploser n’importe où et causer des dégâts considérables. la personne qui vous condamnerait pour avoir alerté sur un tel danger en porterait (moralement du moins…) sa part de responsabilité.

    • Cette information a été donnée en réunion publique à Salles-la-Source, le 17 juin 2016.
      Le maire, responsable de la sécurité, était présent.
      Il n’a pas souhaité en tenir compte.
      Il aura (hélas pour lui) également toute sa part de responsabilité pénale si la catastrophe survient.
      Pareillement pour le préfet, responsable de la sécurité sur le département, qui a été alerté à de multiples reprises par des lettres avec accusé de réception qui sont toutes soigneusement archivées.
      Ajoutons aussi Nicolas Forray qui a écrit en toutes lignes dans son rapport devant le CGEDD, et sans avoir fait d’inspection de la conduite forcée : « Le niveau de sécurité est satisfaisant en ce qui concerne la canalisation. Un examen de la celle-ci sera à prévoir d’ici 25 à 30 ans, si l’exploitation en est poursuivie. »
      A savoir : Nicolas Forray a été nommé par Nicolas Hulot, président de la commission « Milieux, ressources et risques » du ministère de l’environnement.
      http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/milieux-ressources-et-risques-mrr-a2059.html

  9. Jean dit :

    C’est du harcèlement !
    Vous devriez sans tarder contacter un avocat…

  10. Caramba dit :

    Vous vous prétendez redresseurs de torts et vous n’obéissez pas à la loi : comment voulez-vous être crédibles ? De toute façon vous ne les empêcherez jamais de turbiner, ils sont plus forts que vous…

    • Philibert dit :

      C’est qui, « ils » ? Vous en faites peut-être partie ? Je soutiens « Ranimons la cascade ! ». Eux, ils ne sont pas « forts ». Ils sont juste citoyens, indignés par le scandale de la microcentrale. Et avec le soutien de tous ceux qui partagent leur envie que ça change enfin, ils finiront, nous finirons par gagner. Par gagner qu’enfin la loi soit respectée à Salles-la-Source. Non pas celle qui ferait qu’on s’en prenne bêtement à quelques panneaux alors que tant d’autres sont disséminés dans le coin, mais celle qui dit qu’on ne doit pas s’approprier un bien public. Caramba !

    • Nous pensons qu’il y a une difference entre une gestion de ce dossier de type « République bananière » et le fait d’alerter l’opinion publique sur tous ces dysfonctionnements ainsi d’ailleurs que pour la sécurité des habitants. Alors qu’il y a une tolérance généralisée pour ce type de panneau, on cherche à instrumentaliser le code de la route pour nous faire taire. Rassurez-vous : dès que le droit sera retabli, nous retirerons nos « alertes ». Plus nous serons nombreux et plus ça ira vite !

  11. Murielle dit :

    Ne lâchez RIEN, il faut tenir. Vous vous êtes déjà bien battus, continuez à faire connaître ce juste combat.

  12. martine dit :

    L’histoire est déjà rocambolesque, à vos dépends ! il suffit, bravo pour votre ténacité, qu’est-ce que quelques panneaux vis à vis de détournements illégaux , mettez des panneaux aux alentours de la propriété de ce monsieur….

  13. Jean-Michel dit :

    Bonjour. Ce n’est pas la gendarmerie qui décide, c’est le tribunal. Je ne vois pas ce que vient faire le code de la route. Il faut une référence de texte. Dans ce cas, il faut supprimer tous les nouveaux panneaux publicitaires lumineux des villes ressemblant à de grands téléviseurs. Nicolas Hulot veut la suppression de tout panneau publicitaire au bord des routes, y compris la vente de produits à la ferme (nul), pas pour le code de la route, mais pour l’environnement.

    • L’article mis en avant est le R 418-3 inapplicable et inappliqué et qui dit que : « Il est interdit d’apposer des placards, papillons, affiches ou marquages sur les signaux réglementaires et leurs supports ainsi que sur tous autres équipements intéressant la circulation routière. Cette interdiction s’applique également sur les plantations, les trottoirs, les chaussées et d’une manière générale sur tous les ouvrages situés dans les emprises du domaine routier ou surplombant celui-ci. »

  14. Pilou dit :

    Rencontré cet après-midi une vieille dame très digne de Salles-la-Source. Elle propose qu’on aille tous mettre des panneaux (une forêt!) le long de la route de Marcillac à Salles-la-Source. Je l’ai un peu calmée, lui disant que refuser d’enlever les deux panneaux déjà en place suffirait bien, pour le moment au moins. Moralité : à Salles-la-Source comme à Toulouse (dixit Nougaro) les mémés sont prêtes à la castagne.

  15. M-J-L dit :

    Le respect des panneaux de signalisation routière, c’est pour tout le monde, non ? Cela ne vous empêchera pas de continuer votre croisade pour la cascade. Votre cause ne serait pas bonne parce que vous seriez suivis en nombre, mais parce qu’elle serait bonne intrinsèquement !

    • Il n’est aucunement de respect des panneaux de signalisation routière mais de panneaux disposés en bordure de la route comme il y en des quantités sur toutes les routes du département où ils sont tolérés (sauf sur la RN 88 où ils sont enlevés). Il s’agit d’une instrumentalisation de l’application du code de le route. Réprimer sévèrement et spécifiquement les nôtres et notamment celui qui appelle à la moralisation (tout en continuant à tolérer les autres dont des panneaux publicitaires) n’a pas d’autre objectif que de faire taire des lanceurs d’alerte qui dénoncent une situation scandaleuse. L’opinion publique a déjà compris les deux poids te deux mesures. Si nous les avions enlevés, on n’entendrait plus parler de nous et les multiples fraudes que nous dénonçons continueraient…

    • Pilou dit :

      Comme ce serait bien que vous exerciez aussi vigoureusement votre sens de l’ordre public à l’encontre d’uns société qui pille en toute illégalité un bien public depuis bientôt un siècle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *