Position des candidats aux Municipales sur la problématique de la cascade et de la microcentrale

« Ranimons la cascade ! » a interrogé les deux listes en présence aux municipales en leur posant cinq questions destinées à éclairer les choix des électeurs. Le principe et le contenu des questions avait été voté lors de la dernière Assemblée Générale.

Nous restituons telles quelles ci-dessous les réponses reçues (Voir ici réponse complète   liste Fraissine avec son introduction). Nous ne partageons pas le même point de vue  sur certaines des réponses exprimées. Il apparait néanmoins plus clairement, au travers de ces deux réponses, deux visions et projets différents pour Salles-la-Source.

Toutefois afin de ne pas interférer dans le débat politique, nous ne ferons part de nos commentaires qu’ultérieurement et laissons seuls juges nos adhérents et sympathisants électeurs sur la commune.

1) Compte tenu des enjeux de patrimoine, de sécurité et de régularité du dossier, êtes-vous prêt à dire un non définitif et clair à la poursuite de l’exploitation hydroélectrique gravement pénalisante pour le site en vue du développement et de la mise en valeur de ce dernier ?

Liste Jean-Louis Alibert :

L’exploitation telle qu’elle est actuellement ne correspond pas à notre vision de la valorisation du site. 

Nous  choisirons un avocat spécialisé pour définir le meilleur levier pour la faire cesser.  

Liste Sophie Fraissine :

Nous considérons la cascade comme l’emblème du village et il est nous évidemment essentiel qu’elle soit protégée et pérennisée.

De même que nous sommes résolument opposés à l’implantation d’aérogénérateurs industriels sur notre territoire pour des raisons que nous avons largement développées par ailleurs, nous soutenons les énergies renouvelables dès lors qu’elles n’apportent pas de nuisances additionnelles à la population, au patrimoine et à la sécurité des personnes : la centrale hydroélectrique, projet précurseur qui a fait le bonheur de la commune et de ses habitants pendant une longue période, nous paraît entrer définitivement dans cette catégorie, pour autant que le respect des lois et règlements d’une part, et de manière raisonnée pour que la cascade puisse rester correctement alimentée en permanence d’autre part.

Cette installation très discrète, au fond de la vallée, offre par ailleurs l’avantage de ne pas impacter le site et d’être non polluante, contrairement à la quasi‐totalité des autres moyens existants connus de production d’électricité. Pour nous, il est clair que ce qui est en cause n’est pas, sur le principe, l’existence d’une centrale hydroélectrique, mais les conditions d’exploitation actuelle de cette installation par son propriétaire et le cadre légal et contractuel dans lequel s’exerce cette exploitation. Sur ces derniers aspects, nous continuerons, comme la municipalité sortante l’a fait avec consistance ces dernières années, à agir avec les moyens et pouvoirs de la municipalité pour que toutes les clarifications indispensables soient apportées dans les meilleurs délais.

Nous souhaitons en particulier qu’une véritable discussion puisse enfin être engagée avec l’administration et l’exploitant pour résoudre dans l’intérêt général les dysfonctionnements et désordres constatés depuis trop longtemps.

2) Dans ce cas, êtes-vous prêt à interdire la passage de la conduite forcée sous les voies publiques ?

 Liste Jean-Louis Alibert :

La notion de sécurité  prévaudra et sera traitée prioritairement.

Nous exigerons la production par l exploitant de tous les documents prouvant la conformité des installations  du barrage à  l’unité de production.

Si ce n’était  le cas l’autorisation de passage dans le domaine public  serait immédiatement remise en cause.

Liste Sophie Fraissine :

A plusieurs reprises le conseil municipal sortant a posé la question de savoir s’il était possible de mettre fin à l’occupation du domaine public par l’exploitant : l’autorisation initiale donnée en 1972 a créé une servitude en faveur de l’État, qui ne peut être terminée unilatéralement.

3) Considérez-vous l’association « Ranimons la cascade ! » (226 adhérents) comme un interlocuteur légitime sur l’avenir de ce site et vous engagez-vous à consulter cette association pour tout ce qui concerne l’avenir de l’aménagement de ce village ?

Liste Jean-Louis Alibert :

 Nous considérons  l’association Ranimons la cascade comme partenaire privilégié pour le traitement du dossier concernant l’exploitation de la chute. 

Elle sera associée aux réflexions sur l’avenir et l’aménagement  du village de même que toutes les personnes intéressées  par le projet. 

Liste Sophie Fraissine :

Au sein des 226 adhérents déclarés par votre association, un certain nombre d’entre eux réside effectivement dans le village de Salles-la-Source, ou encore sur le territoire communal, et fait partie intégrante de notre communauté municipale. Ils sont forcément des acteurs essentiels des projets mis en œuvre sur le territoire communal.

Nous avons clairement affiché dans notre programme notre volonté de poursuivre l’embellissement du village avec la participation active de la population et dans une approche financière raisonnée. En fonction des projets spécifiques que nous lancerons, nous consulterons plus particulièrement les riverains et associations concernés par ces projets.

4) Êtes-vous favorable à la mise en place d’un projet ambitieux de valorisation du site ? 

 Liste Jean-Louis Alibert :

Oui et nous consulterons pour cela.

Liste Sophie Fraissine :

Nous avons la volonté de mieux valoriser le site de Salles‐la‐Source, comme l’ensemble du patrimoine communal, pour le rendre plus attractif aux visiteurs potentiels, en s’appuyant sur nos richesses locales : patrimoines paysager, culturel, immobilier et archéologique, vignoble, Musée, axe Rodez‐Conques, et une plus grande communication vers l’extérieur. Nous soutiendrons également les initiatives commerciales et artisanales de proximité.

Pour les actions de valorisation du village de Salles‐la‐Source auxquelles nous avons déjà réfléchi (façades, parkings, réaménagement de l’hospice, aménagement de l’Arnus, signalétique, commerces…) toutes les propositions sont bienvenues. Après analyse, les plus intéressantes et réalistes seront proposées au bureau d’études.

Notre ambition ne sera limitée que par les contraintes d’un budget communal, que nous voulons continuer à gérer sainement, en conservant un niveau de fiscalité agréable à la population communale. Pour autant les projets ambitieux ne sont pas forcément les plus coûteux, en particulier s’ils sont menés dans un intérêt général bien compris et avec l’adhésion de la population.

5) (Question spécifique pour la tête de liste) Compte tenu de la vétusté des installations et des risques encourus pas les habitants et de la responsabilité du Maire en termes de sécurité, ferez-vous réaliser un audit indépendant sur ce thème ?

Liste Jean-Louis Alibert :

En l’état de mes connaissances je préfère exiger l’assurance de conformité par l’exploitant  car c’est de sa responsabilité et parce que c’est lui qui doit en supporter le coût et non la population.

Compte tenu de l’importance du sujet nous imposerons des délais très courts et pourrons faire demander un audit indépendant par les personnes compétentes en la matière.

Liste Sophie Fraissine :

La municipalité sortante a pris les contacts utiles avec des organismes compétents ; les installations concernées relevant du domaine privé, la municipalité ne peut, en l’état, en garantir l’accès à ces organismes pour réaliser une inspection.

Il est de la responsabilité de l’exploitant de prendre toutes dispositions utiles et nécessaires pour respecter les obligations légales en matière de sécurité d’exploitation de ses équipements.

municipales-salles-la-source-2014

 

One Response to Position des candidats aux Municipales sur la problématique de la cascade et de la microcentrale

  1. […] Voir : « Position des candidats aux Municipales sur la problématique de la cascade et de la mic… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *