PLEIN SUCCES POUR LA SOIREE AVEC JEAN DELMAS

Jean Delmas, ancien directeur des archives de l’Aveyron, a fait salle comble le 18 août dernier et regonflé à bloc les adhérents de « Ranimons la cascade ! »  Son intervention a été filmée et nous espérons pouvoir prochainement la mettre en ligne.

Cette soirée a permis par ailleurs de recueillir de nouvelles adhésions à l’association et un soutien financier important qui sera utile au cas où nous devrions aller au Tribunal Administratif. Rendez-vous a été pris pour la prochaine animation proposée par « Ranimons la Cascade ! » : la fête de la St Loup dimanche 4 septembre.

Vous trouverez ci-dessous le compte-rendu de la soirée du 18 août publié Centre-Presse :

 

 Texte article :

« La conférence de Jean Delmas du 18 août a réservé de nombreuses bonnes surprises aux organisateurs de l’association « Ranimons la Cascade ! » et aux participants.

La première est le nombre de participants : près de 200 personnes n’ont pas hésité à affronter l’orage pour venir écouter cette présentation sur le thème « petites et grandes histoires du pays de Salles la Source ». « Les paroles s’envolent et les archives restent » c’est avec ces mots que la soirée à été introduite par un membre de l’association en pensant au travail de toute une vie de Jean Delmas ancien responsable des archives départementales, qui a été fondateur, avec Marc Censi alors maire de Rodez, du musée du Rouergue de Salles la Source. Et en pensant aussi à ceux qui s’intéressent au dossier de la cascade et aux générations futures qui auront l’occasion d’apprécier les positions des uns en des autres sur la préservation de ce site « nous ne serons pas de ceux qui auront associé leur nom au saccage de la cascade de Salles la Source » a-t-il conclu.

Si l’excellente qualité de la prestation n’a pas été une surprise car le conférencier est connu pour son érudition et la passion qu’il met dans ses interventions, le contenu en a surpris plus d’un : le patrimoine de ce territoire est vraiment exceptionnel à de nombreux titres : « si nous avons des données qui remonte à la préhistoire, il y très peu de lieux en France dont l’histoire écrite date du Xème siècle. C’est en 910 très exactement que l’on retrouve les premières mentions des ondes de Salles. C’était l’époque des successeurs de Charlemagne… » Ce pays est aussi exceptionnel par son nombre d’églises, de châteaux… Il l’a été par son nombre de moulins, au moins 23 dans le seul village de Salles la Source, qui ont donné naissance à toute une industrie de pointe à l’époque. Cela grâce à des hommes tout aussi exceptionnels comme par exemple le général Tarayre né à Solsac. « Salles la Source est sur la route de Rodez à Conques. Avec déjà 10 000 visiteurs au musée, avec ce site et ce patrimoine : c’est la commune du département qui a le plus grand nombre de dolmens, de châteaux, d’églises… si on ajoute les cascades, les grottes, les caves… et si on sait faire ; il y a là tout un potentiel touristique à développer » conclut M Delmas après la présentation d’un diaporama.

Les autres surprises sont venues des différents interventions spontanés des élus ou anciens élus par exemple :

– Madame Sophie Fraissines adjointe au maire de la commune qui annonce une journée patrimoniale sur le Général Tarayre le 10 septembre à Billorgues.

– Monsieur Marc Censi ancien maire de Rodez, ancien président de la région Midi-Pyrénées, qui ne comprend pas pourquoi les intérêts d’un particulier, qui dit avoir des droits d’eau et qui possède environ 40% d’une micro centrale (le reste étant la propriété de l’état) d’une puissance totale équivalente à une demi-éolienne, passent devant les intérêts touristiques de toute une région (11 millions de nuitées les années précédentes). Il appelle à la fermeture pure et simple de cette usine.

– Monsieur René Garabuau, l’ancien maire de Goutrens, qui a si bien expliqué sa lutte contre une décision préfectorale pour préserver le site de Cassagnes-Comtaux. C’est parce qu’il avait manifesté, avec l’ensemble de son conseil municipal, la ferme intention de démissionner qu’il a obtenu que la préfète de l’époque prenne au final la décision de faire enterrer la ligne à haute tension au-dessus du site sur 6 km pour 3 km initialement demandés par ce maire. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *