Nous sommes des lanceurs d’alerte !

(page réactualisée au 6 avril 2016)

Joli couplet du président de la République en personne, ce 4 avril 2016, sur les lanceurs d’alerte.

Évoquant le scandale fiscal des « Panamas papers », il a élargi son propos aux lanceurs d’alerte en général, soulignant leur utilité pour la communauté et la nécessité de les protéger. À « Ranimons la cascade ! » nous prenons complètement pour nous de tels encouragements venus du plus haut de l’État.

Lanceurs d’alerte, nous le sommes complètement. A cor et à cris, nous tirons la sonnette d’alarme jusque chez le procureur de la République sur les graves irrégularités, passées et présentes, commises par la Société Hyroélectrique de la Vallée de Salles-la-Source. Nous avons saisi les services fiscaux pour la part qui les concerne. Nous avons dénoncé les comportements de plusieurs représentants de l’Administration.

Le chef de l’État lui-même, par son intervention d’aujourd’hui, nous incite à persévérer. Nous n’avions pas besoin de son aval pour ce faire. Mais nous ne nous sentons que plus légitimés dans notre position. Et nous sommes sûrs, à présent, du soutien et de la protection de ces plus hauts représentants de l’État dans notre département que sont le préfet ou le procureur de la République. S’ils estimaient ne pas avoir bien entendu ou compris nos cris d’alarme, nous nous tiendrions à leur disposition quand et où ils voudraient pour le complément d’information qu’ils jugeraient utiles.

Nous le leur disons et répétons : ce qui se passe autour de ce dossier de la microcentrale de Salles-la-Source est au-delà de scandaleux, du même registre que l’affaire des « Panamas papers ». Un jour viendra – nous pouvons le garantir – où nul n’aura le droit de dire : « Je ne savais pas. »

 

Ce billet d’humeur a donné lieu ensuite au communiqué suivant :

Forts du soutien de François Hollande aux lanceurs d’alerte…

L’opacité est la porte ouverte à toutes les fraudes : c’est ce que vient de nous rappeler encore une fois et de manière spectaculaire l’affaire des « Panama-papers » tandis que déclarait François Hollande que «  les lanceurs d’alerte font un travail utile pour la communauté internationale, ils prennent des risques, ils doivent être protégés ».

À « Ranimons la cascade ! », confrontés à l’opacité et à la fraude depuis six ans et aux divers formes du secret fiscal et de celui des affaires, désormais forts de tels encouragements venus du sommet de l’État :

– Nous demandons solennellement au Préfet de l’Aveyron de nous communiquer les documents demandés à diverses reprises, conformément aux décisions de la CADA et notamment le registre du sécurité du deuxième barrage souterrain construit clandestinement par la Société Hydroélectrique durant la concession.

– Nous demandons à la Ministre de l’environnement de rendre publiques les conclusions de l’enquête qu’elle a suscitée en juin 2015 et qui s’est achevée en novembre 2015.

– Nous demandons au Ministre de l’Économie et des Finances de lever le secret fiscal et d’enquêter sur les innombrables erreurs comptables contenues dans les comptes de la Société Hydroélectrique, toutes à son avantage.

– Nous demandons au procureur de la République de prendre au sérieux les signalements de fraude que nous lui avons à plusieurs reprises adressés et d’exiger du SRPJ la clôture d’une enquête aujourd’hui totalement enlisée.

Nous le leur disons et répétons : ce qui se passe autour de ce dossier de la microcentrale de Salles-la-Source est au-delà de scandaleux. Un jour viendra où nul n’aura le droit de dire : « Je ne savais pas. »

Centre-Presse – 6 avril 2016 :

cp-6-avril-2016-rlc-lanceur-d-alerte

L’Hebdo – 8 avril 2016 :

hebdo-8-avril-2016-eau-toujours-opaque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *