L’interdiction des éclusées

Dans le cadre de son travail de compréhension du dossier de la micro-centrale hydroélectrique de Salles-la-Source, l’association « ranimons la cascade ! » de salles-la-Source s’est procuré l’« arrêté cadre interdépartemental du bassin du Lot de 2004 de définition des seuils d’alerte en cas de sécheresse dans le bassin du Lot ».

Cet arrêté cadre de 2004, en son article 2-7, « rappelle que le fonctionnement des microcentrales par éclusées y est interdit en tout temps » .

Or la microcentrale de Salles-la-Source fonctionne 8 à 10 mois sur 12 par éclusées (accumulation d’eau dans le barrage souterrain, lâchée à intervalles réguliers) et non « au fil de l’eau ».

Compte-tenu du fait qu’aucun arrêté départemental ne peut aller en deça d’un arrêté cadre interdépartemental et sans réponse de la DDT interrogée sur ce point le 8 août 2012, nous sommes fondés à penser que le fonctionnement de l’usine de Salles-la-Source est pour cette raison tout à fait illégal huit mois sur douze, et ce depuis au moins 8 ans, et que par conséquent le projet envisagé n’a donc plus lieu d’être.

Pour mémoire, on appelle « éclusée » le volume d’eau lâché à partir d’un ouvrage hydraulique (ouverture d’une porte d’écluse, turbinage d’eau stockée dans un barrage réservoir…) et se traduisant par des variations de débits brusques et artificielles (définition de l’agence de l’eau Adour Garonne)

One Response to L’interdiction des éclusées

  1. […] Les nouveaux éléments que « Ranimons la cascade ! » a découvert cet été au sujet de l’interdiction des éclusées dans tout le bassin versant du Lot sont une opportunité de faire ce choix du bon sens qui l’honorerait.  (voir : « L’interdiction des éclusées ») […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *