Les mille jours de Matthieu comme un grand souffle de printemps

Comme elle tombait bien, cette soirée de samedi dernier (14 novembre 2015) avec Matthieu Gauvain ! Comme elle arrivait à point nommé pour mettre un peu de baume sur nos cœurs et nos esprits meurtris après les événements de la veille à Paris ! Le grand voyage auquel il nous conviait était aux exacts antipodes de cette haine, de ce rejet de l’autre qui les ont motivés.

P1520045

Un tour du monde de trente six mille kilomètres à vélo… C’est la fabuleuse expérience que vient de vivre Matthieu. En distance, ce périple représente dix fois le Tour de France… pour prendre une comparaison parlante mais d’un esprit radicalement opposé à la démarche de notre globe-trotter cycliste. Vingt-cinq pays traversés, de l’Italie au Canada en passant par la Birmanie, l’Ouzbékistan, l’Australie, l’Islande ou l’Angleterre. Sans oublier la Chine :

« J’ai vécu un grand moment d’émotion lorsque j’ai posé le pied dans ce pays et que je me suis dit que c’était tout seul, avec mon vélo que j’y étais arrivé », s’est livré Matthieu. C’est après son master de botanique au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris qu’il s’est accordé ce long temps sabbatique.

À un public littéralement suspendu à ses lèvres, photos et bouts de vidéo à l’appui, une bonne heure durant l’autre soir, il a raconté son voyage de près d’un millier de jours. Une grande aventure tissée de beaucoup de belles rencontres : c’était bien là l’essentiel de la quête de Matthieu. Au talent de son récit, il a greffé une discrétion, une modestie de bon aloi qui ont fini de convaincre l’auditoire. Les questions qui ont fusé dans la seconde partie de la soirée, y compris dans la bouche des enfants présents dans l’assistance, ont montré suffisamment à quel point il avait été écouté et entendu.

Un thème de soirée tout trouvé pour ceux qui sont à la recherche d’une animation inédite !

Précisons encore que Matthieu qui a grandi près de la cascade de Salles-la-Source est le fils d’Anne et Bernard Gauvain. Ce dernier assure depuis sa fondation il y a six ans la présidence de « Ranimons la cascade ! ». Comme quoi, selon le vieil adage, « les chiens ne font pas des chats ! ». On imagine la force de caractère qu’il a fallu à Matthieu pour tenir bon sur son vélo au fin fond de la Birmanie ou des steppes caucasiennes. De la force de caractère, il en faut pour résister dans ce long combat pour sauver notre cascade !

Photos du voyage sur le site de « A vélo vers l’Orient »

P1520034

P1520042

P1520049

 

 

 

 

P1520049

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *