Le village si pittoresque de Salles-la-Source commence à attirer quelques touristes

 « Le village si pittoresque de Salles-la-Source commence à attirer quelques touristes » : c’est ce que l’on trouve dans la délibération du Conseil Municipal de Salles-la-Source du 18 juillet 1912 concernant l’élargissement de la rue principale du village. Cette délibération montre qu’au début du XXème siècle, les élus de Salles-la-Source commençaient à prendre conscience du potentiel touristique de leur village et de leur commune et, lorsque se mettra en place illégalement l’usine électrique en 1932, le conseil municipal était pleinement conscient du pouvoir d’attraction du site et de la cascade…

« Monsieur le Maire expose l’état actuel de la question de l’élargissement de la principale rue de Salles. Après en avoir délibéré, le Conseil déclare qu’il ne demande pas mieux que d’entrer dans la voie proposée par la Commission départementale qui a trouvé insuffisante la largeur donnée à la rue par le plan d’alignement qui lui a été soumis dans sa séance de juin 1912.

Il demande donc à l’Administration de faire faire par le service vicinal un second plan s’alignement qui devra donner à la rue de Salles une largeur d’au moins quatre mètres dans sa partie la plus étroite et près de cinq mètres là où ce sera possible sans trop de dépense.

Mais comme ce nouvel alignement exigera une indemnité de trois mille francs au moins à payer au propriétaire qui doit reculer ses immeubles, le Conseil municipal prie Monsieur le Préfet de vouloir bien demander à la commission départementale un secours lui permettant de réaliser sans retard cette excellente amélioration.

Le  Conseil Municipal fait le sacrifice de deux mille francs pour cet objet, il manquerait donc mille francs…

Le village si pittoresque de Salles-la-Source commence à attirer quelques touristes dans le département. Celui-ci a donc un intérêt incontestable à favoriser leur venue dans la région. Le meilleur moyen, c’est d’en faciliter l’accès. Il faut que les automobiles puissent faire la traversée du village sans risquer de s’abimer dans une rue trop étroite. Il faut que deux véhicules quelconques puissent s’y croiser et que l’air et la lumière soient plus abondants dans les maisons en bordure de rue.

Au point de vue de l’hygiène comme au point de vue du tourisme, le secours demandé est donc appelé à porter d’heureux fruits.

cascade-tourisme-1912

Carte postale de 1913 : Salles-la-Source se prépare à accueillir des touristes :

faubourg-1913-salles-la-source

 

 

…et les premières automobiles :

faubourg voitures

———————-

L’intérêt touristique de salles-la-Source avait déjà été évoqué lors du Conseil Municipal du 23 juin 1910 où « M. Vaysse, ingénieur, propriétaire à Salles-la-Source » soumettait une proposition au conseil Municipal :

Il s’agit de demander à M. Le Ministre de l’Agriculture de vouloir bien ordonner une exploration méthodique et scientifique des grottes cavernes de Salles-la-Source.

L’objectif de cette étude est de voir comment l’on pourrait régulariser le cours d’eau « pour faire face à la disette de l’été » et améliorer le fonctionnement tant des moulins pour les usiniers que de l’irrigation pour les propriétaire agricoles riverains. Et il ajoute :

Il serait encore possible, une fois les grottes bien connues, de les aménager et d’en rendre l’accès facile aux touristes en les éclairant à la lumière électrique. Alors Salles-la-Source qui est un des plus beaux sites de la France pourrait devenir un grand centre d’attraction [la première usine qui a éclairé le village date de 1906].

grottes-tourisme-23-06-2010

 

Le Conseil Municipal juge coûteuse cette étude mais néanmoins « accepte de verser une contribution de 200 F » pour celle-ci et « autorise l’ouverture d’une souscription volontaires aux mêmes fins parmi les habitants de la commune ».

———————-

Le 7 août 1910, le Conseil municipal avait voté une subvention de 100 francs pour la fête du 4 septembre de la même année [Saint Loup] :

Cette somme,  jointe au produit d’une souscription volontaire, sera donné à titre de gratification à la société de gymnastique la Voltigeuse de Rodez chargée d’exercer les différents exercices indiqués au programme notamment les poses plastiques et l’embrasement de la cascade.

cascade-embrasement-1910

 

———————-

Le 9 décembre 1923, le Conseil municipal évoquera le projet de prolongement de la route de Salles-la-Source vers Cadayrac :

Le conseil se permet de rappeler à Monsieur le Préfet de l’Aveyron les délibérations en date du 17 janvier 1907, du 21 janvier 1912 et du 26 octobre 1916 demandant l’inscription au plus prochain programme d’un lot du chemin vicinal ordinaire N° 4 partant du point terminus … et allant vers Cadayrac.

Cette route, en dehors des avantages qu’elle apportera au pays, aurait celui de permettre aux touristes de visiter la région des causses où se trouvent une foule de souvenirs anciens et de curiosité naturelles.

———————-

Mis en valeur de nombreux guides touristiques tout au long du XIXème siècle et singulièrement après l’arrivée du chemin de fer à Salles-la-Source, signalé au grand public par quelques esprits éclairés comme Elisée et Onésime Reclus, Jules Vernes ou encore Prosper Mérimée, Salles-la-Source bénéficiait donc au début du XXème siècle d’une aura et d’un potentiel de développement économique et touristique exceptionnels. Saura-t-il en prendre à nouveau conscience aujourd’hui ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *