Larmes a l’oeil

Les propos de la préfète de l’Aveyron dans le journal gratuit ruthénois « A l’oeil » nous ont fait verser quelques larmes (Voir ci dessous l’ extrait de l’interview concernant « Ranimons la cascade ! »).

Ils ont également  inspiré nos adhérents  dont nous publions quelques réponses. Nous restons bien entendu prêts à débattre publiquement ave Mme Polvé-Montmasson sur tous ces points :

cascade-salles-larme-a-l-oe

A l’oeil, du 17 au 31 décembre 2010 :

 

Danièle Polvé-Montmasson, préfète de l’Aveyron :
« En qualité de département rural, l’Aveyron est concerné par le développement des énergies renouvelables. Je pense en particulier à la constrution d’éoliennes ou à l’implantation panneaux photovoltaïques. Deux options englobent des composantes environnementales et agricoles qui méritent de faire l’objet d’une réflexion et d’une expertise concertées et non plus cloisonnées. Tout le monde a à y gagner.

A l’oeil.
L’Etat se prétend donc vouloir être plus efficace, dans le même temps, les Français sont toujours aussi nombreux à se dire prêts à saisir tribunal administratif. Nous pensons à ces salariés de fonction publique qui mois après la fin de leurs derniers CDD, n’ont toujours pas vu un centime de droits de chômage. Plus localement, nous pensons aux membres de l’association «Ranimons la cascade» qui parlent de mascarade d’enquête publique et de falsifications. Qu’avez-vous à dire à ces Français-là ?

Danièle Polvé-Montmasson
J’ai lu les informations relatées concernant les premiers. L’Etat ne cotise certes pas auprès des Assedic mais il a toujours payé ses anciens salariés. Il ne s’agit sans doute que d’une question de temps. Je serai plus diserte sur le cas de la cascade de Salles-la-Source. L’amoureuse du patrimoine que je s’est félicitée au départ de la création d’une association de défense d’une véritable richesse environnementale. Aujourd’hui, je constate et je regrette que Ia passion l’emporte sur la raison.

A l’oeil.
Pourquoi ?

Danièle Polvé-Montmasson
Parce qu’une enquête a bien eu lieu conformément aux textes qui régissent le cas d’une de renouvellement d’une demande de renouvellement d’exploitation d’une société électrique. Le commissaire-enquêteur a rendu sa copie en recommandant au pétitionnaire de tenir une ronde en présence du maire et de l’association. Ce qui a été fait sans doute un peu hâtivement. J’ai quant à moi souhaité que la commission des sites soit saisie et le Coderst a également émis un avis consultatif le 8 décembre dernier. Je réaffirme ma volonté de trouver un juste équilibre entre la faisabilité d’une activité industrielle et la valorisation d’une cascade mérite de couler en permanence…  »

 

Paru dans  A l’oeil, du 17 au 31 décembre 2010

 

Quelques réponses :

Avec la préfète nous avons les mêmes Amours
« Comme nous, la cascade a tapé dans l’œil de : « L’amoureuse du patrimoine que je suis s’est félicitée au départ de la création d’une association de défense d’une véritable richesse environnementale. » dit-elle, en parlant de l’association « Ranimons la Cascade ! » .

Ben ! oui notre cascade est une véritable richesse environnementale. Et nous sommes ravis qu’elle s’en soit aperçu et le reconnaisse. Nous voulons aussi la détromper quand elle dit « Aujourd’hui, je constate et je regrette que la passion l’emporte sur la raison », si comme elle qui est amoureuse de ce patrimoine, nous sommes des passionnés pour la beauté du site, ce n’est pas notre association qui perd la raison ou qui nous laissons emporter par des analyses ou des erreurs déraisonnables.

On dit que l’amour rend aveugle… mais nous nous sommes sûrs d’avoir bon pied bon œil et nous ne nous contentons pas des belles paroles et des promesses du Prince Gérant. Contrairement à ce qu’il dit, il ne possède pas la maitrise foncière des servitudes de son installation, et nous sommes sûrs que sa promesse de changer la conduite par une plus grosse ne sera pas réalisable car les riverains n’accepterons une aggravation de servitude. Nous sommes surs que contrairement à ce qu’il affirme, il n’a aucun droit d’eau, comme l’a confirmé le conseil d’état en 1946, jamais démenti depuis. Nous, nous constatons que la raison ne l’emporte pas sur la passion de l’administration de vouloir passer ce dossier en force.

« Je réaffirme ma volonté de trouver un juste équilibre entre la faisabilité d’une activité industrielle et la valorisation d’une cascade qui mérite de couler en permanence. » dit notre préfète. Mais nous sommes tout à fait d’accord. Nous espérons seulement que nous avons les mêmes valeurs, car les quantités proposées par le Prince Gérant ne sont qu’une mise en conformité avec la loi par un turbinage à l’éclusée, au minimum, pas une larme de plus ; et suivant des références calculées par son propre bureau d’étude, là aussi avalées comme de belles promesses. Oui nous sommes pour une valorisation d’une cascade qui mérite de couler en permanence et avec un débit suffisant, en laissant la possibilité à l’activité industrielle de turbiner l’eau qui est disponible au dessus de 400 l/s.

Nous voulons rassurer notre Préfète, notre association est composée et/ou soutenue par des personnes honorables et raisonnables… et de très nombreux citoyens, qui comme notre préfète sont sensibles à la beauté du site de Salles-la-Source.

Il n’y a pas de regrets à avoir, Madame la Préfète, c’est de façon tout à fait raisonnée que nous ne nous laisserons pas mener au doigt et à l’œil, et nous sommes déterminés, forts de nos encouragements et soutiens, à défendre cette richesse environnementale que vous aimez tant.  »

 

Vous n’avez pas le monopole de la raison !

« Je constate -écrit la préfète dans son interview – « que la passion l’emporte sur la raison ». Suit la justification en quelques lignes du bienfondé du travail de son administration « conformément aux textes » et de sa volonté de « trouver un juste équilibre entre la faisabilité d’une activité industrielle et la valorisation d’une cascade ».

Ainsi nous serions « emportés par notre passion » face à une administration qui aurait le monopole de « la raison »!

Que penser alors des solides dossiers que nous avons patiemment montés au cours de nos jours et de nos nuits et qui ne reçoivent aucune réponse ? Des erreurs de procédures, des pièces disparues du dossier, des omissions nombreuses  que nous avons relevées ?

Des milliers de soutiens que nous avons su rassembler et des élus, à tous niveaux et de tous bords, chaque jour plus nombreux, qui ne cessent de nous confirmer la faiblesse juridique du dossier et l’intérêt majeur du site de Salles-la-Source et de sa « grande cascade » ?

Nous avons dans notre association de solides compétences : on ne peut vraiment pas dire que nous n’avons pas une approche rationnelle ! Nous avons par ailleurs le soutien des habitants de Salles-la-Source -et de bien au delà- et les encouragements de notre municipalité.

Nous sommes parfois en colère et indignés de ce que nous voyons, par exemple du fait que la préfète depuis six mois ne nous ait jamais personnellement rencontrés malgré plusieurs demandes, que nos courriers restent désespérément sans réponse, que tous nos arguments soient systématiquement balayés. Malgré tout, nous restons courtois, ouverts au dialogue, en recherche de compromis et pratiquons le libre débat au sein de notre association.

Nous pratiquons la transparence et mettons l’ensemble des pièces à la disposition de tous sur notre blog afin de permettre à chacun de se faire une opinion personnelle. En aucun cas nous ne sommes « emportés par notre passion » !  Sauf une : celle de la vérité sur ce dossier. Celle-ci finira bien par éclater au grand jour. »



C’est uniquement le raisonnement qui nous guide au quotidien.

« Il n y a aucune passion dans notre demarche. Nous avons été mûs à l’origine par une frustration bien légitime induite par le comportement géneral des parties prenantes dont nous n’étions pas.

Nous n’en voulons pour preuve que le soutien toujours plus massif de gens éminemment raisonnables tels que quasiment tous les élus de tous bords qui se sont ralliés à notre cause.

D’ailleurs nous sommes un groupe multi-horizons pluri-disciplinaire d’origines diverses et de sensibilités différentes qui ne tiendrait pas avec la seule passion comme ciment. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *