L’accident sur la conduite forcee de 1971

Le 23 juillet 1971, un accident sur la conduite forcée, proche de la cascade, provoquait un puissant geyser de plusieurs dizaines de mètres de haut. les témoins de cette époque en sont encore particulièrement marqués.

La mairie interdisait à l’usine électrique de produire jusqu’à ce qu’un accord de compromis soit signé avec la mairie.

Lors de soirée mémoire du 6 novembre, Marie-Thérèse Viguier nous a relaté cet incident et comment son mari avait réussi à fermer la vanne de la conduite avant que le village ne soit innondé. Il n’y a pas eu de dégats humains mais seulement matériels ( jardins emportés, caves innondées…).

Si une rupture de la canalisation, qui n’a jamais expertisée depuis cette époque, se produisait aujourd’hui au niveau de la départementale, on estime que le jet d’eau qui se formerait atteindrait la moitié du jet d’eau de Genève !

On sait qu’en début novembre, quatre nouveaux trous ont été détectés sur la conduite forcée « de la taille d’un doigt » produisant un jet d’eau de plus de 10 mètres de haut…

Quelques photos prise après l’accident transmises par M. Th. Viguier :

 

accident-conduite-1971-2

Au dessus du point jaune, le haut de la gerbe d’eau

 

accident-conduite-1971-3La pression de l’eau a fait exploser le mur de pierre qui cache la conduite

accident-conduite-1971-1

L’eau est arrivée jusqu’au faubourg et à la départementale

 

accident-conduite-1971-4

La terre emportée des jardins en dessous de la cascade…

Témoignage vidéo :


la rupture de la conduite forcée de Salles-la… par Ranimons-la-cascade

4 Responses to L’accident sur la conduite forcee de 1971

  1. […] (une telle rupture n’est pas impossible et s’était produit le 23 juillet 1971 (Lire : « L’accident de la conduite forcée de 1971″ […]

  2. […] nous écrit qu’ elle ne fait pas l’objet de contrôle particulier ; pourtant elle a explosé en 1971 sous l’effet de la corrosion, elle a dû être réparée en 2010 à cause des effets de la […]

  3. […] Viguier avait fait pour « Ranimons la cascade ! » le récit de la rupture de la conduite forcée du 23 juillet 1971, qui aurait pu avoir de très graves conséquences. Cet accident avait déclenché un fort mouvement […]

  4. […] préfecture nous écrit qu’elle ne fait pas l’objet de contrôle particulier ; pourtant elle a explosé en 1971 sous l’effet de la corrosion, elle a dû être réparée en 2010 à cause des effets de la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *