La répression s’abat à nouveau sur « Ranimons la cascade ! »

Les derniers panneaux posés par « Ranimons la cascade ! » aux entrées du village de Salles-la-Source dérangent la préfecture. Celle-ci a en effet décidé de les censurer en adressant à l’association une mise en demeure de les enlever sous 15 jours sous peine d’une lourde sanction : une astreinte financière de 208,17 euros par jour et par panneau !

Ces panneaux interpellent la préfecture sur l’absence de réponse à notre demande de demande de rendez-vous à la préfète depuis le 8 janvier et surtout de communication de documents administratifs, pour lesquels la CADA (Commission d’Accès aux Documents Administratifs) a pourtant prononcé le 27 septembre un avis favorable.

Ce refus de nous les communiquer nous interpelle au point que nous nous demandons si ces documents contiennent de nouvelles irrégularités dans un dossier qui en accumule déjà beaucoup. Nous rappelons qu’occulter des documents, c’est enfreindre la loi et qu’il est légitime qu’en absence de réponse de la part de la préfète, les citoyens que nous sommes, l’interpellent par tous les moyens.

La répression ne nous paraît pas la bonne réponse à notre demande de dialogue, ce n’est pas l’image que nous nous faisons de la démocratie.

Nous trouvons qu’il est injuste de chercher à nous faire taire, alors que nous demandons seulement à ce que la loi et l’avis de la CADA soient respectés.

 

Voir aussi : lettre à la préfète de la Robertie du 10 octobre 2018 (restée sans réponse à ce jour)

 

Le fameux panneau qui fait trembler la Préfecture :

6 Responses to La répression s’abat à nouveau sur « Ranimons la cascade ! »

  1. Gilet en colère dit :

    Tiens donc la préfète est au dessus des lois ! c’est proprement scandaleux. Mais c’est peut-être surtout un aveu…

  2. Tranquillou dit :

    Si vous avez des emmerdes, on sera nombreux derrière vous. Ou devant.

    • Merci pour votre soutien.
      Vu le tollé contre la préfète suscité par ce communiqué sur les réseaux sociaux, nous mesurons le soutien que nous avons dans la population, l’absurdité de cette décision, la publicité immense que nous a fait la préfète par sa maladresse et la croissance de la défiance face à ce type de gestion par l’Administration des situations difficiles…

  3. Sarah Mone dit :

    Depuis sept ans que vous nous bassinez avec ces panneaux ridicules et insolents pour certains.

    • Ainsi, selon vous, il serait ridicule et insolent de dénoncer la fraude ? Pourtant nous avons reçu des milliers de soutiens, notamment sur les réseaux sociaux. Tout le monde ne partage pas votre vision de laisser les fraudeurs frauder et l’Administration les couvrir…

    • Delheure dit :

      Au départ, tous les lanceurs d’alerte paraissent ridicules ou insolents et c’est ainsi jusqu’à ce que la vérité sorte au grand jour. Sarah Mone, je vous invite à vous documenter sur ce dossier avant de poster des commentaires désobligeants pour ceux qui donnent beaucoup de temps personnel pour l’intérêt général.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *