Exigeons la fermeture de la micro-centrale électrique illégale !

Allocution du président Bernard Gauvain pour les cinq ans de Ranimons la cascade, le 27 juin 2015 :

LR4-5625« Le 18 juin 2010, nous nous sommes mis en route pour ranimer la cascade de Salles-la-Source.

Notre engagement était fort, collectif, unanime, fondé sur le bons sens, fondé aussi sur des arguments de droit.

Les soutiens étaient nombreux et divers,

C’était comme une évidence pour tous : il fallait tourner la page de cette exploitation construite et maintenue trop longtemps dans l’illégalité.

Il fallait accepter que le monde avait changé et que l’enjeu énergétique minime n’était rien en comparaison de la magnificence d’un site exceptionnel trop longtemps saccagé.

Il fallait accepter les principes de la démocratie : on ne construit rien de bon contre une telle volonté collective ! Comme le disait récemment Ségolène Royal lors du forum pour la démocratie participative : « Les projets qui échouent sont ceux auxquels les citoyens n’ont pas été associés ».

La protection de l’environnement brandie par certains ne pouvait pas passer par la destruction de ce même environnement !

En 2010, nous pensions en finir rapidement.

Mais cinq ans après, nous sommes encore là !

DSC_5766

Nous avons fait la preuve de notre volonté , de notre patience, de notre ténacité

Nous avons fait la preuve que nous avions le droit de notre côté,

Et la population

Et les élus de tous échelons et de tous bords mais qui semblent parfois mais hélas impuissants à faire avancer le dossier.

Nous avons obtenus d’innombrables soutiens du monde de l’art et de la culture

Nous nous sommes affirmés dans l’espace public et avons mobilisé les médias

Nous avons lancé une pétition signée et nous sommes forts de plus de 1000 soutiens !

Nous avons travaillé nos dossiers et avancé plus d’argument qu’il n’en faut pour prouver notre bon droit, avons listé et détaillé des fraudes considérables et des mensonges de l’État

Nous avons épluché les comptes et montré qu’il étaient tous faux

Nous avons alerté à de multiples préfets les services de l’État et la Préfecture.

Nous avons fait le constat de trop de fausses promesses qui font gagner du temps et dispensent d’assumer ses responsabilité !

Nous avons saisi par sept fois la CADA à de multiples reprise et bien souvent celle-ci nous a donné raison

Sauf parfois au motif du « Secret économique et commercial », trop commode « secret des affaires » qui permet de camoufler la fraude…

Nous avons lancé des recours devant le Tribunal Administratif

Et déjà nous avons gagné par deux fois !

Le Ministère de l’Environnement a dû nous verser 1000 € et reconnaître que les documents qu’il refusait de nous communiquer n’existaient pas !

Très probablement des faux en écriture !

La Préfecture de l’Aveyron a été condamnée a nous verser 100 € et à nous permettre de consulter le dossier de fin de concession de 2002

En fait ce dossier n’a jamais existé !

Il a fallu se rendre à Toulouse à la DREAL pour l’apprendre !

Ce dossier était indispensable pour que l’entreprise continue à turbiner depuis 2006.

Et ne parlons pas du dossier de 2008 qui nous a été tardivement présenté : que d’omissions !

Rien sur le deuxième barrage construit illégalement !

Rien sur la troisième turbine installée illégalement !

Nous avons interpellé le Ministère de l’Environnement, le premier Ministre et même la Présidence de la République.

Jusqu’ici en vain. La lutte contre la fraude est-elle leur priorité ?

Nous avons interpellé le Procureur de la république sur de nombreux points. Mais rien n’avance… Le faux en écriture, la vente illégale d’électricité, l’absence de dépôt des comptes ou le refus de faire les visites de sécurité obligatoire sont-elles sans conséquence ?

Cinq ans après, nous sommes toujours là !

LR4-5606

Mais aujourd’hui nous pouvons dire :

ASSEZ TRICHE ! ASSEZ DES DEUX POIDS ET DES MESURES !

Les condamnation viendront mais ne les attendons pas !

Exigeons la fermeture de la centrale électrique !

Exigeons le démantèlement du barrage et des installations illégales !

Exigeons la restitution du site à son État initial comme l’exige la loi

RANIMONS LA CASCADE ! »

27 juin 2015 – Préfecture de Rodez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *