En Equateur, l’une des plus célèbres cascades a arrêté de couler

La cascade San Rafael est l’une des plus belles de l’Equateur. Mais elle a complètement disparu en février, sans que cela puisse être réellement expliqué. La récente construction d’un barrage hydroélectrique pourrait en être la cause…

« Une cascade qui existe depuis des milliers d’années ne s’effondre pas, par coïncidence, quelques années après l’ouverture d’un projet hydroélectrique. Ce sont des processus qui sont dans des articles scientifiques et il y a suffisamment de preuves qu’un barrage peut provoquer des effets de ce type sur une rivière »

Article du 24 mars 2020 publié par la revue GEO :

« Situé en Amérique du Sud, l’Equateur est réputé pour ses paysages sauvages et sa faune abondante. On y trouve de hauts plateaux andins, les îles Galapagos, et la forêt amazonienne. C’est dans le parc national Cayambe-Coca que se trouve l’un des joyaux du pays : la cascade San Rafael. Mesurant 150 mètres de hauteur (elle est la plus haute d’Equateur), elle prend sa source dans la rivière Coca, entre les provinces de Napo et Sucumbíos. Mais quelque chose d’impensable s’est produit : depuis le 2 février 2020, la chute d’eau a disparu. Ou plus exactement, elle s’est déplacée. Un grand trou est apparu dans la rivière, juste devant la cascade d’origine. Du coup, l’eau continue de tomber, mais plus du tout au même endroit. C’est plusieurs mètres plus loin qu’une nouvelle chute d’eau s’est formée, divisée en trois parties.

Interrogé par le site Mongabay.com, Alfredo Carrasco, géologue et ancien secrétaire du Capital naturel au ministère, propose une hypothèse pour expliquer ce phénomène. La cascade San Rafael est située dans une zone d’activité sismique et volcanique près du volcan Reventador, l’un des plus actifs du pays. Cette activité volcanique, associée au phénomène d’érosion de l’eau, pourrait être la cause de la « disparition » de la chute d’eau d’origine. Le scientifique confie également son inquiétude : « le nouvel endroit où la rivière tombe en trois points distincts n’est pas une zone de sédiments consolidés. Ces nouvelles chutes provoquent un processus d’érosion régressive, déclenchant une rivière en amont, qui va changer la morphologie de la vallée ».

Mais d’autres experts envisagent d’autres explications. Pour Emilio Cobo, coordinateur du programme pour l’eau en Amérique du Sud à l’Union internationale pour la conservation de la nature, la disparition de la cascade pourrait être la faute de l’homme. Comme il l’explique à Mongabay.com, le phénomène d’érosion pourrait avoir été provoqué par une centrale hydroélectrique, Coca Codo Sinclair. « Une cascade qui existe depuis des milliers d’années ne s’effondre pas, par coïncidence, quelques années après l’ouverture d’un projet hydroélectrique. Ce sont des processus qui sont dans des articles scientifiques et il y a suffisamment de preuves qu’un barrage peut provoquer des effets de ce type sur une rivière », a-t-il affirmé. De son côté, le ministère de l’environnement a annoncé qu’une enquête allait être menée afin de savoir ce qui s’est passé, et l’accès à San Rafael a été restreint. »

Chloé Gurdjian – Publié le 24/03/2020 à 13h14 – Mis à jour le 25/03/2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *