BILAN DE L’ASSEMBLEE GENERALE 2012 : EVOLUTION DE NOS POSITIONS ET PROJETS D’AVENIR

 L’association « Ranimons la cascade ! » tenait son Assemblée générale le 3 mars 2012.  La mobilisation ne faiblit pas : 17 nouvelles adhésions en 2012 ! Après plus de vingt mois d’étude du dossier, sa position évolue et elle demande désormais la fermeture pure et simple de la microcentrale hydroélectrique de Salles-la-Source. Pourquoi ? Notre droit de savoir progresse : le maintien de cette entreprise, n’ayant aucune rentabilité économique, s’avère incompatible avec le maintien d’une cascade digne de ce site. Et les failles tant techniques que juridiques du dossier apparaissent de plus en plus  béantes. Nous découvrons que, couverte par l’Administration, l’usine turbine désormais en toute illégalité…

Fort de ces avancées, tout en étant conscients que le combat sera peut-être encore long, l’association peut désormais mettre en chantier un projet de développement culturel et économique du site de Salles-la-Source,  dans ce qu’un de nos adhérents a nommé  « un bouillonnement d’idées et une envie d’avenir »  !

Cet article fait aussi un état des lieux à l’attention de ceux qui nous rejoignent…

L’Assemblée Générale de « Ranimons la cascade ! » s »est déroulée le 3 mars en présence de 40 adhérents.  Plus de 50 autres avaient renvoyé leur pouvoir donnant d’autant plus d’autorité aux décisions qui y ont été prises et aux rapports qui ont tous été votés à l’unanimité.

 Au total en 2010-2011, l’association a rassemblé 248 adhérents, 60 du village de Salles-la-Source, 75 de divers villages de la commune, les 113 restant se répartissant entre diverses communes du Vallon de Marcillac, de Rodez et de ses environs et enfin des quatre coins de la  France où résident de nombreux amoureux de ce site ou anciens de la commune. 17 nouvelles adhésions ont déjà été enregistrées en 2012 !

Cette soirée de bilan annuel a permis de récapituler une année de combat, de faire le point sur les actualités de notre lutte et de proposer des projets pour l’avenir.

 Le bilan financier positif, suite aux nombreuses actions organisées tout au long de l’année, permettra de mieux communiquer sur notre cascade et d’envisager avec sérénité les procès à venir.

Une page de l’histoire de Salles-la-Source

Une page d’histoire de Salles-la-Source est en train de s’écrire. Une mobilisation exceptionnelle, un réel bouillonnement créatif ont manifesté tout au long de l’année un réel attachement de beaucoup à « leur cascade » et à Salles-la-Source. Cela a fait émerger une prise de conscience de l’aspect exceptionnel et unique du site de Salle-la-Source dans sa globalité.

 Cette flamme a été entretenue grâce à une équipe soudée, de nombreux soutiens d’élus politiques, un bon écho des medias relayant nos préoccupations. L’équipe a fait preuve « d’intelligence collective », utilisant largement les ressources des nouvelles technologies qui ont permis une forte réactivité à l’événement. Des compétences nombreuses se sont rassemblées. Sur le plan juridique, tous les dossiers ont été examinés à la loupe, afin de porter le combat sur ce plan puisque l’association n’est pas entendue. Enfin la pédagogie et l’humour ont fait partie de nos moyens de mobilisation :  « Lorsque l’on a réussi à faire rire, la moitié du chemin est faite ! »

Humour et pédagogie…

Une Administration pas si infaillible…

Après plus de 20 mois de combat, les arguments de l’Administration commencent à s’effriter. N’est pas infaillible qui veut ! Les citoyens de « Ranimons la cascade ! » ont commencé à faire valoir leur « droit de savoir » et d’exiger de celle-ci diverses pièces du dossier. Chaque semaine nous apporte de nouvelles preuves des failles du dossier.

Une question demeure : pourquoi sommes-nous obligés de dépenser tant d’énergie pour simplement faire valoir nos droits ? Pourquoi s’obstiner à décourager les défenseurs du patrimoine que nous sommes ? Pourquoi est-ce si difficile d’être informés sur l’avancée du dossier ? Pourquoi soutenir par tous les moyens une petite entreprise dont les résultats économiques sont négatifs et les bilans douteux ?  Pourquoi vouloir sacrifier pour de longues décennies l’avenir, en terme de développement, notre site ? Pourquoi, lorsque l’on se réclame de la démocratie, persister à aller contre l’avis unanime de citoyens décidés ? Pourquoi lorsque l’on se réclame de la transparence, mener d’un bout à l’autre un tel dossier dans le secret ?  Que de « pourquoi » ! Malhonnêteté ou incompétence ? Il faudra bien un jour que la lumière soit faite sur toutes ces questions…

Dans l’attente, nous avons de nouveau chantiers auxquels nous atteler : les « délais glissants » que rien ne justifient, les « droits fondés en titre » … qui ne reposent sur aucun titre, la sortie de concession (qui aurait due être formalisée depuis plus de six ans,  le refus de l’Administration de nous éclairer sur les conditions de revente au pétitionnaire par l’Etat des installations qui lui reviennent (sur cette question de devenir de biens publics, l’association sera des plus vigilantes…), enfin les délais de prise de décision largement dépassés qui nous font dire qu’aujourd’hui, selon nos analyses,  l’usine  hydroélectrique de Salles-la-Source turbine en toute illégalité avec le feu vert de l’Administration… De tous ces points, les services de l’Etat ont tous été alertés et nous attendons leur réponse avec une forte impatience !

Il nous faut choisir

Vingt mois de travail acharné sur le dossier ont permis également de faire évoluer sensiblement la position de notre association sur le devenir de l’usine hydroélectrique.

Aujourd’hui deux solutions s’offrent à nous : soit le dossier est accepté tel quel, une nouvelle conduite souterraine deux fois plus importante est posée et l’on est reparti pour deux ou trois fois trente ans de turbinage et une cascade au rabais. Ou bien il est refusé, la conduite forcée à bout de souffle est démontée et l’eau reprend ses droits dans les deux ruisseaux, le Créneau et la Gorge aux loups, et leurs cascades. Le site de Salles-la-Source redevient la pure merveille qu’il n’aurait sans doute pas dû cesser d’être.

Plusieurs arguments nous ont progressivement amenés à penser que les deux projets (usine hydroélectrique et cascade) n’étaient de toute façon pas compatibles.

L’entreprise se révèle actuellement non viable puisqu’elle a, en dix ans et en moyenne, généré du déficit et qu’elle n’apporte aucune rémunération à son propriétaire. Sans aucune disponibilité, sans revenu, l’entreprise n’a selon les bilans qu’elle publie, aucune capacité financière pour les travaux qu’elle prétend entreprendre. Le dossier de renouvellement que le pétitionnaire prétend avoir commencé en 1998 n’a toujours pas abouti 14 ans plus tard, l’enjeu énergétique, parfois mis en avant,  est extrêmement faible (une demi éolienne), l’enjeu pour la sécurité est considérable compte tenu du fait que la plus grande partie des travaux et de l’installation sont en zone rouge.

Un dossier mal posé, des délais largement dépassés, un projet refusé de tous et qui paralyse le développement de la commune en l’empisonnant dans une vision industrielle du début du XXème siècle : tout nous pousse désormais à demander la fermeture pure et simple de l’usine hydroélectrique dans les plus brefs délais.

Une conduite forcée à bout de souffle…

D’autre projets…

Pour les mois qui viennent, plusieurs autres chantiers nous attendent (outre quelques surprises…) :

– La fête du muguet avec du théâtre occitan et humoristique pour tous les publics,  « Lo boçut » le 30 avril, suivie de musique traditionnelle et d’une soupe au fromage, en collaboration avec la Mission Départementale de la Culture, Vallon de Culture et le Comité des Fêtes, puis une présence sur la grande place le premier mai.

– Les  premières « Rencontres culturelles de  Salles-la-Source » seront organisées le 29 juin 2012, pour donner au plus grand nombre l’envie de redécouvrir de manière agréable notre patrimoine.

– un spectacle de théâtre sera organisé pour la fête de la Saint-Loup, début septembre.

Un projet pour faire partager notre site

Enfin un nouveau chantier a été officiellement ouvert, sur une suggestion d’André Valadier (l’homme qui a « ranimé » l’Aubrac), celui de rédiger collectivement un « projet de développement culturel et économique du site de Salles-la-Source » : 

 Vue d’ensemble du site et des chemins pour se repérer,  panneaux informatifs pour l’interpréter et le comprendre, signalétique, chemins piétonniers, belvédères, aménagements publics : les idées ne manquent pas pour amener le promeneur à de nouvelles découvertes.

Restauration des sites enbroussaillés ou en ruine : roc du Comte, église et caves de Saint Laurent, vallé du Fabby, cascades de la Crouzie ou du Trou de l’Arnus, remise en état de la calade. Il nous faut aussi déjà penser à de nouvelles utilisations pour la future « anciene usine hydroélectrique » ou à l’aménagement du Delta de la grotte souteraine. L’idée d’un chantier international de jeunes a été évoquée. Le capital que représente l’ancienne maison de repos, à l’abandon depuis 18 ans, doit enfin être sérieusement étudié.

 Enfin la prise en compte du site dans son environnement permettra sa mise en valeur :

– Axe de Rodez à la vallée du Lot passant par Salles-la-Source,Saint Austremoine, Pont les Bains,  la vallée du Créneau, Marcillac, Conques…

–  « Porte du Vallon », dans l’étroite vallée du Fabby afin que ne s’ouvre dans toute sa lumière la beauté du vallon de Marcillac.

–  à proximité de Rodez, « grand site de Midi-pyrénées », des « Causses et Cévennes », patrimoine de l’humanité, de la Route de Saint-Jacques de  Compostelle…

Ainsi Salles-la-Source pourra-t-il revenir dans les guides touristique récents qui semblent dans leur majorité l’avoir oublié (il était pourtant en bonne place à la fin du XIXème siècle ou au début du XXème). Il pourra aussi  encore prétendre un jour  au label de « plus beau village de France ». 

Exemple de plan de situation à créer : Belcastel

Paroles d’elus

Anne Gaben Toutant, Conseillère Générale de Marcillac, à nos côté depuis le début, a souligné la tenacité de notre équipe qui défend un projet d’intérêt général et qui a su partir d’un combat « contre » (l’usine hydroélectrique) à un projet « pour » : pour le développement culturel et  économique de notre territoire. A sa façon, cette lutte rappelle à notre petite échelle, la longue lutte des paysans du Larzac pour défendre leur territoire.

Bernard Burguière, conseiller Général de Conques, à nos côtés aussi depuis le début, a dit combien pour lui cette « porte du Vallon » lui criait à la figure. Il a souligné l’intérêt d’un plan global du village au pied de la cascade point de départ de multiples cheminements et de petits panneaux informatifs par lesquel les gens apprennent en se promenant. Ils pourraient aider à redonner une unité entre le haut et le bas du village, artificiellement coupés par la route départementale. Il a enfin salué une association pleine d’idées qui a su suciter puis renouveler l’intérêt.

Raymond Séguret, adjoint au maire, représentant le maire Robert Caule retenu par d’autres obligations, a félicité l’association pour son énorme travail. Il a donné quelques éléments d’information  économiques dans un domaine qu’il connaît bien et sur lequel il a bien voulu éclairer l’association, soulignant l’absence de capacité financière de l’entreprise et les nombreuses questions posées par ses bilans.  Il a enfin déclaré que la municipalité travaillait « avec d’autres moyens dans le même objectif » et qu’elle avait envoyé un volumineux dossier au ministère de l’Environnement ».

La parole a été également donnée à un ancien élu, Marc Censi, qui a participé au concert de louange pour le travail de « Ranimons la cascade ! » : « Avec toutes ces propositions et en vous mobilisant pour un sujet qui vous tient à coeur, vous avez montré qu’on peut créer un bouillonnement d’idées et une envie d’avenir que j’ai personnellement souvent souhaités pour nos territoires ». « Et n’oubliez pas ce joyau au coeur du site qu’est le Musée du Rouergue, avec toutes ses collections ! »

La débat s’est encore poursuivi autour de ces projets avant qu’un pot de l’amitié ne clôture cette soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *