Augustin écrit à ses parents

C’est vrai : Salles-la-Source manque cruellement d’un vrai projet, construit et cohérent, de développement local. Ceux qui le disent et le répètent ont mille fois raison. Dans leur rapport, les inspecteurs de la mission interministérielle l’ont poliment souligné entre les lignes. Il serait donc grand temps de s’y mettre. Et c’est l’affaire de tous, non pas seulement de nos élus même s’il leur appartient, de par le mandat que nous leur avons confié, d’être en première ligne. Nous-mêmes, à l’association « Ranimons la cascade ! », nous sentons un peu coupables de n’avoir pas davantage pris en compte cet aspect essentiel des choses dans le cours de notre action. Nous dirons quand même à notre décharge que nous n’avons pas chômé durant ces six années ! Bien peu, de l’extérieur, peuvent imaginer le temps et l’énergie que nous a pris ce bras de fer avec l’État. Nous voudrions maintenant pouvoir dire « ouf ! » et consacrer nos efforts à des initiatives plus constructives comme, justement, la réflexion à mener sur le développement local. Mais voilà qu’il nous faut encore prendre notre bâton de pèlerins pour convaincre les élus de ne pas commettre cette erreur majeure que serait le maintien de la microcentrale.

Alors, en attendant, de pouvoir nous atteler à cette tâche exaltante qui nous concerne tous, nous vous proposons de lire la lettre ci-dessous qu’un jeune Parisien vient d’adresser à ses parents depuis Salles-la-Source où il se trouve en classe pédagogique avec son école. Nous sommes au printemps 2027. La microcentrale n’est plus qu’un déjà lointain souvenir sur le site où l’eau des cascades coule de nouveau en toute liberté.

Chacun interprètera ce texte à sa guise. Nous y voyons pour notre part comme un modeste exemple de piste d’avenir. Après tout, pourquoi quelques vérités sur le développement local ne sortiraient-elles pas de la bouche des enfants ?

Salles- la-Source le 14 mai 2027

Chers parents,

Je vous écris pour vous anoncé que je veux plus être chef des pompiers. Mon métier quand je serai grand c’est hidrogéologue à Salles-la-Source. Ça veut dire étudié l’eau qui sort de la falèze par les résurjances. Je vous ai pas écrit plus tot parce que j’ai pas eu le temps. C’est trop super super super bien le centre pédagogique hidrogéolojique de Salles-la-Source. Il est dans l’ancien ospisse ou ils mettaient les vieux. Mais maintenant on met les vieux au club du troisième âge. Y en a qui viennent aussi en car au centre  hidrogéolojique mais c’est comme nous pour des séjours pédagojiques. Pour manger et dormir ils viennent avec nous à un centre dans un autre village qui s’appelle Pont-les-Bains. Hier soir j’ai tourné l’aligo. C’est comme une purée mais en moins mou et avec du chewing gum à la pomme de terre. Miam !

Les animateurs sont très super super hyper sympa. A Salles-la-Source c’est pas comme la Seine à Paris. Le fleuve s’appelle le Créneau, comme papa quand il arrive pas à garer la voiture du premier coup et que maman, elle, elle y arrive. Y a plein de cascades. Une très grande, haute au moins comme la Tour Eiffel. Plein d’autres. C’est pour ça qu’il y a le circuit des cascades. Ma préférée s’appelle la Gorge aux loups, à cause des loups. Mais n’aie pas peur, maman chérie : c’est pas pour de vrai. L’eau sort d’une résurjance. Elle vient d’une super grosse éponge géante qui s’appelle le Causse. On a vu aussi le Trou Marite, le Trou de l’Arnus, la cascade de La Crouzie.

source-trou-maritte

Légende : la résurgence du Trou Marite, la préférée d’Augustin.

Hier, on a mis des casques avec des lumières pour descendre dans une grotte où y a une rivière souterraine. C’était trop génial ! J’ai même pas eu peur. On a vu des grands qui descendaient dans la grotte en rappel avec une corde. Je vous ai dessiné la rivière souterraine. Je vous expliquerai les stalagmites qui montent et les stalactites qui tombent. Il paraît qu’avant il y avait un gros tuyau qui transformait l’eau de la grotte en électricité. Mais ça faisait de l’électricité dans l’air. C’est pour ça qu’ils ont enlevé le tuyau. Alors, ils ont fait du développement local. Ça veut dire exploiter les potentialités du site. Enfin, j’ai pas trop compris ce que les animateurs ont raconté aux maîtresses.

On a vu une roue de moulin au Musée du Rouergue. On a fait de la varappe. C’est trop super génial ! On a vu le dolmen de Peyrelevade où on enterrait les vieux à l’époque avant l’ospisse. Un monsieur super génial nous a fait visiter l’église Saint-Paul. C’est une romane. Ça veut dire qu’elle est au moins aussi vieille que papy et mamie. On a vu une roue à aubes qui tournait avant pour faire de la farine. Parce que les anciens n’avaient pas les magasins pour faire le pain. Il leur fallait transformer l’eau du Créneau en farine avec la roue à aubes. Un monsieur super génial qui s’appelle Robert nous a amenés visiter les caves de Saint-Laurent. C’est comme des résurjances mais sans eau, avec du vin que les gens font avec les vignes. Robert nous a fait goûter du jus de pomme qu’il fabrique lui-même avec des variétés locales. Ça veut dire des arbres qui connaissent Robert.

Les maîtresses nous ont espliqué qu’on a beaucoup de chance parce que c’est très difficile de s’inscrire à ce centre pédagogique hidrogéolojique. Y a même une école de grands d’Angleterre qui parlent anglais qui est venue avec un car rigolo qui a le volant de l’autre côté.

Cet après-midi, on a fait un tour dans les boutiques du village. J’aurais voulu trouver une cascade dans une boule en verre avec de la neige pour ma collection. Mais il paraît que le maire a interdit les boules avec de la neige. J’ai une jolie surprise pour tous les deux. C’est encore un secret.

C’est dommage que bientôt il va falloir partir. J’espère qu’on reviendra tous les trois en vacances. Je vous ferai visiter le circuit des cascades. J’ai pris un prospectus pour louer un gîte mural. Quand je serai chef hidrogéologue je vous inviterai souvent. C’est trop génial ces cascades ! Je serai maire et je ferai fabriquer comme monument sur la place une cascade dans une boule géante avec de la neige qui tombe.

Ma petite maman chérie, mon petit papa chéri, il me tarde quand même beaucoup de vous revoir. Je vous fais de très très très gros super super énormes gros poutous. C’est comme ça qu’on appelle les bisous à Salles-la-Source.

                                                                                                                      Augustin

 

 

 

 

Légende photo : la résurgence de la Gorge aux Loups, la préférée d’Augustin.

One Response to Augustin écrit à ses parents

  1. […] également lue, par son auteur, la « lettre d’Augustin à ses parents » illustrant les potentialités de mise en valeur du site dès le 27 juin si les élus en ont la […]

Répondre à Le rassemblement du 26 juin clôt un cycle d’action de 6 années | Ranimons la Cascade de Salles-la-Source ! Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *