Alerte rouge et appel aux élus

Plusieurs infos concordantes nous ont alerté quand au risque d’une décision rapide concernant le projet d’autorisation de l’usine hydroélectrique. Celle-ci pourrait compromettre la cascade pour de très longues années. Et ce en dépit des soutiens multiples des élus et de la rencontre des représentants de l’association « Ranimons la cascade ! » de Salles-la-Source avec la nouvelle secrétaire de la préfecture en charge du dossier, Cécile Lenglet, 25 juin 2012.

« Ranimons la cascade ! » s’en est étonné et a exprimé sa très forte inquiétude par le communiqué ci-dessous qui en appelle aux élus.

P.S. : Cécile Lenglet est la  nouvelle secrétaire de la préfecture de l’Aveyron. Elle remplace Jean-François Moniotte. Cet opposant implacable à l’association « Ranimons la cascade ! » a reçu une belle promotion en étant nommé administrateur civil, chef du bureau des personnels administratifs au nouveau Ministère de l’intérieur (voir journal officiel du 24 juin 2012 :  « Délégation est donnée à M. Jean-François Moniotte (d’autres noms suivent…)  à l’effet de signer, au nom du ministre de l’intérieur, tous actes, arrêtés, décisions, pièces comptables et ordonnances de délégation, dans la limite de leurs attributions respectives »).

Communiqué de presse de « Ranimons la cascade ! » du 1 juillet 2012 :

 ALERTE ROUGE POUR LA C ASCADE

APPEL URGENT AUX ELUS

« Certaines informations de bonne source nous font craindre que l’Administration, seulement soucieuse de tenter de sauver son honneur dans le dossier de la cascade de Salles-la-Source, s’apprête à commettre l’irréparable. Elle serait sur le point de signer l’autorisation  d’exploitation de la microcentrale hydroélectrique pour une nouvelle période de 30 ans renouvelables.

La nouvelle secrétaire de la préfecture, qui découvre juste ce dossier « complexe » et qui a reçu les représentants de l’association  le lundi 25 juin leur a pourtant affirmé n’avoir pas encore eu connaissance du courrier que nous avons adressé à la préfecture le 16 février 2012. Ni davantage des questions que nous posions dans ce courrier et auxquelles nous venions chercher des réponses. Tout se passe comme si certains s’ingéniaient à truquer le dossier en en cachant des pièces essentielles. La secrétaire générale n’a pas non plus encore reçu le Maire de Salles-la-Source comme elle s’y était engagée.

Il semble que l’Administration souhaite agir très vite, avant qu’une intervention politique de bon sens, conforme à la démocratie, ne l’empêche d’aboutir à ses fins. Et sans répondre à des questions de droit auxquelles elle ne trouve sans doute pas de réponse. Elle s’avère incapable de fournir certains documents contestés que l’association lui réclame avec insistance, et cela malgré une décision favorable de la CADA (Commission d’Acccès aux Documents Adminisratifs) et un recours auprès du Tribunal Administratif.

« Ranimons la cascade ! » supplie aujourd’hui les élus d’intervenir au plus vite afin de stopper une décision contestée de tous qui autoriserait un projet catastrophique. Il dégraderait définitivement le site, quand bien même l’association gagnerait par la suite auprès des Tribunaux.

Parmi ces élus que nous appelons au secours :  Madame  Escoffier, ministre, qui nous a confirmé son soutien, Yves Censi, député qui nous a affirmé : « Si je suis réélu, ce projet ne se fera pas » ; Stéphane Mazars, sénateur ; Anne Gaben-Toutant, conseillère générale ; et tous les élus innombrables du Conseil Régional, du Conseil Général, de la Mairie de Rodez, de la communauté de communes Conques-Marcillac ; ou encore José Bové député d’Europe-Ecologie Les-verts. Nous supplions aussi les trois candidats de la majorité présidentielle non élus, mais qui nous ont tous les trois soutenus, d’intervenir auprès de Madame la Ministre de l’Environnement pour arrêter ce projet insensé. « 

                                                                                          1 juillet 2012   –     Ranimons la cascade !

Midi-Libre – 2 juillet 2012 :

Centre-Presse – 2 juillet 2012 :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *