AG 2018 : l’association sereine et déterminée, mais impatiente !

L’association « Ranimons la cascade ! » était rassemblée ce 24 mars en Assemblée générale. 25 adhérents s’étaient déplacés tandis que 50 autres leur avaient envoyé leur pouvoir.

Un bilan en images de l’année 2017 a été présenté ainsi qu’un point complet et précis sur la situation actuelle.

La trésorier a présenté une situation saine, a chaleureusement remercié les donateurs qui nous permettent d’envisager avec sérénité d’autres procès (en appel…) ou tous rebondissement possibles de la part d’un exploitant exceptionnellement procédurier. Le nombre d’adhérent reste stable (149 adhérents en 2017).

Les question multiples de l’assistance ont montré des adhérents très au fait des différentes procédures et suivant de près chaque dossier. Le maire, excusé, était représenté par Olivivia Maillebuau et Louis Droc, premier et deuxième adjoints. Jean-Louis Chauzy, président du CESER et excusé, a proposé de revenir échanger avec l’assemblée. Deux nouveaux membres sont entrés au conseil d’Administration en remplacement de 3 départs : Jacques Voisine et Jean-Claude Garrigou.

Quelques thèmes abordé.

Deux d’entre eux ont donné lieu au vote d’une motion 

  • Tribunal Administratif  de Bordeaux : une échéance devant la cour d’appel est en cours face à l’Etat qui tout en reconnaissant ses erreurs demande un non-lieu pour ne pas en assumer les conséquences. La clôture était jusqu’ici fixée au 26 mars 2018. la commune a demandée à être intervenant volontaire en soutien à « Ranimons la cascade ! »
  • Tribunal Administratif de Toulouse : deux échéances en cours devant le tribunal administratif de Toulouse. Sur ces deux dossiers, « Ranimons la cascade ! » et la mairie sont intervenants volontaire aux côté de l’Etat tant dans le refus d’autorisation (pas de clôture à ce jour) que dans la décision de fermeture définitive (clôture au 4 janvier 2018)
  • Issue de ces procès : L’État ayant gravement failli dans la gestion de ce dossier, a-t-il été dit, quel que soit le cas de figure qui se présente à l’avenir, il devra savoir prendre ses responsabilités… « Ranimons la cascade ! » y veillera.
  • Abus de biens sociaux : Jean-Gérard Guibert, le gérant a été interdit de gestion pour 3 ans et condamné à 9000 € d’amende (dont 6000 € avec sursis). Cette très modeste condamnation au regard des faits (détournement de 600 000 € en 3 ans !), est néanmoins une avancée significative et un précédent que « Ranimons la cascade ! » saura utiliser.
  • Procès à répétition contre la redevance municipale depuis 12 ans : les représentants de la Mairie ont résumé les dernière étapes des procédures sans fin menées contre la commune par un citoyen refusant de payer ses impôts.
  • Fermeture pour travaux depuis l’été 2017 suite aux fuites de la conduite forcée : la SHVSS ne répond pas aux demandes de la Mairie après s’être montrée particulièrement procédurière. L’entreprise ayant exécuté les travaux, (ne sachant pas à qui elle avait à faire),  n’a pas été payée, confirmant là  la réputation du gérant. Les affirmation gratuites des hauts-fonctionnaires de la mission interministérielle ont été totalement démenties : « la conduite forcée peut encore durer 20 ou 30 ans ». Le jugement en référé est de bon augure pour la décision finale.
  • Geniès Imbert : le sulfureux cousin aurait tenté d’approcher le maire pour obtenir un rendez-vous, sans légitimité pour représenter la SHVSS. Certains s’interrogent : « Interdit de gestion, JG Guibert ne va-t-il pas le mettre à sa place pour gérer la SHVSS ? » Ce serait absurde puisqu’il était jusque là le conseiller de JG Guibert, tout au long du fiasco et des années de fraude !
  • Préfecture : le rendez-vous demandé à la préfète, Catherine Sarlandie de la Robertie, il y a 3 mois n’a pas reçu de réponse. Les documents dernièrement demandés n’ont pas été fournis et la CADA a nouveau été saisie. Ce point important sera mentionné dans la première motion. Des représentants de l’association ont manifesté des signes d’impatience. L’association se tient prête à manifester à nouveau dans la rue, quand le moment sera jugé opportun, si ses demandes ne sont pas prises au sérieux. Voir « Non à la banalisation d’un énorme scandale ! ».
  • EDF et l’éthique : EDF a une drôle de conception de l’éthique puisqu’au nom de l’ « obligation d’achat », il a continué, toutes ces années à acheter de l’électricité illégale (fraude au CODOA, dépassements de production…) et surtout qu’il a signé en 2012 un contrat illégal avec la SHVSS (autorisant la production de 1150 kW alors que celle-ci était plafonnée à 530 kW). (Le procureur Olivier Naboulet informé n’a pas répondu à nos signalements).
  • Carrière : l’opacité demeure sur le projet d’extension. Des élus plancheraient en secret sur le dossier. La communauté de communes pourrait être impliquée. La participation et l’implication citoyennes ne sont pas encore une évidence pour tout le monde ! Les conditions d’un échec du projet semblent de cette façon garanties. Voir : « Que s’ouvre le débat sur la carrière de Puech Hiver ! »
  • Patrimoine : l’hiver pluvieux et l’arrêt de la microcentrale ont permis aux visiteurs de magnifiques spectacles sans cesse renouvelés. La cascade est de mieux en mieux reconnue et manifeste un pouvoir d’attraction remarquable. Les illuminations en bleu vont prochainement reprendre certains jours à certaine heures.
  • Statistiques : la pétition est passée depuis le 1 janvier 2017 de est passé de 1306 à 6552 signataires. Le site internet  a été vu par 20893 visiteurs. 27500 pages ont été vues. La page Facebook a désormais 252 abonnés.

 

Centre-Presse du 28 mars 2018 :

Voir aussi la Dépêche du Midi du 29 mars 2018

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *