Acte 1 : le Maire de Salles-la-Source en douce à la manœuvre

|rappel : lire l’introduction]

Le mercredi 20 juin, le Conseil Municipal de Salles-la-Source devait se prononcer sur la poursuite des travaux préludes à l’extension de la carrière. On pouvait espérer assister au premier débat ouvert au public, au sein sur ce projet d’extension de la carrière tenu secret le plus longtemps possible. Il fait en effet pourtant partie de la poignée de décisions particulièrement impactantes pour l’avenir de la commune que le Conseil Municipal peut avoir à prendre au cours de son mandat et qui suppose donc une information en profondeur de la population.

Des représentants de 3 associations étaient présents dans la salle (Avenir Causse Comtal, Comité Causse Comtal, Ranimons la cascade !) sans qu’à aucun moment il ne leur soit laissé la possibilité de s’exprimer, ne serait-ce que quelques minutes… C’est, précisons-le, une procédure qui n’est pas rare dans beaucoup de conseils municipaux soucieux d’être à l’écoute des citoyens.

Il est à noter que cette question importante a été traitée en fin de conseil en « question diverse », comme le montre l’ordre du jour :

D’autant plus que le Maire, qui avait refusé d’organiser une réunion publique préalable, court-circuita à nouveau l’information et les échanges sur ce projet avec les mots suivants  : « on en a assez parlé et il est temps de trancher. On en a parlé plusieurs fois [dans des séances de travail fermées au public]. On a reçu du monde [Qui ?]. On vote. Point. »

A la demande des deux premiers adjoints opposés au projet, un tour de table minimal fut tout de même réalisé avant le vote que le Maire souhaita à bulletins secrets. [Le vote à bulletins secret n’est pas illégal. On se demande cependant dans ce cas quelle en est la véritable motivation…].

Il apparaît clairement que la décision avait été en fait prise avant le conseil municipal, les positions de chacun étaient déjà connues en interne et les pouvoirs recueillis de manière à éviter un véritable débat public. Ce qui donne à penser à une mascarade démocratie.

En fait, depuis le début (comme on le verra un peu plus loin), le maire a entièrement piloté le projet seul, ainsi qu’il semble coutumier de le faire sur beaucoup d’autres dossiers. Même l’opinion de ses premiers adjoints semble n’avoir aucune importance à ses yeux…

Un élu regretta le transfert de compétences en matière de PLU à la communauté de communes en 2017 sans le moindre débat public.

Un élu dénonça « les manœuvres » dans la manière dont avaient été présentées les choses comme « un simple vote consultatif ».

Un élu rappela que depuis 2014, la SOCARO a régulièrement rencontré le Maire sans que celui-ci en parle avant plusieurs années à son Conseil Municipal.

Les deux premiers adjoints au maire ont affiché publiquement leur totale opposition au projet, révélant la fracture qui ne cesse de s’aggraver dans l’équipe municipale.

L’un d’entre eux fait un long rappel des risques et nuisances que générerait un tel projet : des contrôles défaillants du cahier des charges depuis 2003, un trafic intense avec jusqu’à un camion par minute, des doutes importants sur l’hydrogéologie, la production de poussières et d’infiltrations dans la rivière souterraine située en dessous, l’impact visuel d’une extension « grande comme 70 terrains de foot », le contrat moral rompu avec les riverains (« tout cela prendra fin en 2023 »), la valeur « immatérielle » de notre territoire préservé (flore, faune, vestiges archéologiques, dolmens, chemins) et le potentiel de développement qu’ils représentent à long terme.

Un conseiller approuva de sacrifier un morceau de la commune et donc l’agrandissement de la carrière au motif « qu’il ne fallait pas séparer les économies et qu’il ne fallait pas avoir des territoires protégés et des territoires sacrifiés »  [concilier harmonieusement la protection et la destruction de l’environnement ?]

Une élue se demanda quel visage l’on souhaitait pour la commune dans 20 ans et si le cahier des charges de la carrière qui n’avait pas été respecté en 2003 le serait dans l’avenir.

Un élu s’est dit partiellement spolié de ses droits par rapport à ses électeurs : « l’extension n’est pas au niveau des enjeux économiques et environnementaux. Je dénonce l’opacité et les arguments que la SOCARO a donnés, les promesses non tenus dans le passé qui ne le seront pas plus dans l’avenir. Il a regretté que le vote de la communauté de communes se déroule avec seulement 4 élus de Salles-la-Source sur 32 qui n’auront pas entendu les habitants de la commune ».

La première adjointe s’est dit « dépitée » par le processus de décision et au nom de quoi on allait déterminer l’intérêt général de la commune à favoriser cette extension. Comment travaille-t-on ensemble sur le devenir de notre territoire ?

Dans le fond de la salle, des représentants réduits au silence de 3 associations concernées : Avenir Causse Comtal, Ranimons la cascade ! et  Comité Causse Comtal

Comme lors du vote pour la cascade, l’opposition (qui avait pourtant prévu dans le PLU d’empêcher l’extension…) sembla se ranger à l’avis du maire et revenir sur ses choix précédents.

Les partisans du « oui à l’extension » se sont remis à l’enquête publique pour la décision finale, feignant d’ignorer dans quel engrenage dangereux ils engageaient la commune. Il s’agit de donner le feu vert à la constitution longue et complexe d’un dossier d’autorisation avec l’intervention de tous les services de l’État et menant à la fin à une enquête publique. On sait que ce genre de dossier est le plus souvent validé, quelque soit l’avis de la population [voir pour la cascade où un projet ayant fait l’unanimité contre lui et assorti de réserves a été jugé favorable par la préfecture et le CODERST !!!].

Le Maire prêcha la nécessité d’accepter les nuisances (« cela s’appelle l’économie »), comparant celles de la future carrière à celles des brebis dans les prés proches des maisons (les agriculteurs de la commune apprécieront…) et compara la carrière à l’aéroport. Il estime cette partie du Causse comtal « zone sans intérêt touristique » (SIC). Rappelons que le Maire est président de l’Office du Tourisme de la communauté de communes Conques-Marcillac…

Il est à noter que la SOCARO (Groupe BOUYGUES), porteuse du projet, avait de son côté été reçue longuement par le Conseil municipal sans que les habitants n’en aient eu connaissance.

Un vote à mains levées (3 voix contre !) approuva ensuite le fait que le vote se déroule à bulletins secrets.

Vote à bulletins secrets permettant aux élus favorables à la carrière de ne pas exprimer publiquement leur opinion

Le résultat du scrutin fut néanmoins assez serré puisque malgré la manipulation, la délibération du Conseil (simple avis mais à portée juridique conséquente) fut votée par 10 voix « pour » contre 8 voix « contre » et une abstention.

Des personnes ayant assisté dans le public à ce conseil ont tenu après-coup à exprimer leur indignation :

Témoignage d’une citoyenne engagée :
« Bel exercice de démocratie, monsieur le maire ! »

 
« Hier soir se tenait le conseil municipal de Salle la Source. A l’ordre du jour : le débat sur l’agrandissement de la carrière…

Après avoir essayé de convaincre en vain ses conseillers sur le supposé bienfait que l’élargissement de la carrière à 50 ha pouvait représenter pour l’intérêt général, Monsieur le maire à essayé d’éviter à tout prix le débat devant les quelques électeurs et riverains présents.

D’entrée il a demandé un vote à bulletin secret, approuvé à la majorité, quel courage, messieurs/mesdames les conseillers/es municipaux !

Mais cela ne lui a pas suffit, il a insisté sur le fait que tout débat sur la question serait inutile, puisque le sujet est sur la table depuis 2017 !

Lorsque son 2ème  adjoint a lu son point de vue  sur le sujet de la carrière, Mr le maire s’est permis d’ajouter « si tout le monde fait comme ça on y sera jusqu’à une heure du matin ! ».

Le tour de table a cependant bien eu lieu avant le vote ; si certaines conseillers/es se sont bien documentés sur le sujet et ont fait preuve de transparence et démontré leur respect pour la démocratie, d’autres, hélas, se sont contentés de s’avouer indécis et de devoir voter en leur « âme et conscience » ; sans doute le délai d’un an ne leur a pas permis de consulter leurs électeurs à ce sujet !

Mais, cerise sur le gâteau, le dernier à exprimer son avis a été Mr le maire, qui nous a expliqué pourquoi il aller voter « oui », en oubliant cette fois-ci le prétexte du soi-disant « intérêt  général », il a tout simplement prôné la résignation : « dans la société actuelle, dit-il,  il faut s’y faire aux nuisances, nous ne pourrons pas les empêcher, j’ai bien été obligé d’accepter l’agrandissement de l’aéroport, la seule chose que j’ai réussi a obtenir c’est que les ULM ne volent pas trop bas en passant près des piscines » !

Les citoyens de Salles-la-Source apprécieront de savoir qu’ils ont un maire si combatif ! Un maire si soucieux de la démocratie ! »

Marisol Garcia Vicente
Une citoyenne démocrate indignée
26 juin 2018

Message adressé à la mairie par un habitant de la commune, via le formulaire Idées, remarques et suggestions de son site :

« J’apprends dans quelles conditions le conseil municipal s’est prononcé par vote sur le projet d’extension de la carrière. S’il est un dossier important pour l’avenir économique de Salles-la-Source, c’est bien celui-là. Il aurait mérité une ample information de la population et un large débat en amont avant toute pris de position des élus.

C’est une faute grave à la fois contre la démocratie et contre les intérêts de la commune de ne pas l’avoir fait. D’autant plus qu’un engagement de transparence avait été pris par la majorité de la municipalité en place lors de la campagne électorale. »

(à suivre)

4 Responses to Acte 1 : le Maire de Salles-la-Source en douce à la manœuvre

  1. Cartouche dit :

    Un seul mot : scandaleux
    !

  2. Jean-Noël dit :

    Rappel pour ceux qui ont la mémoire courte (la Dépêche du Midi – 27 mars 2017) :

    « Jean-Louis Alibert, pour la liste « Salles-la-Source dynamique commune », nous prie d’insérer : « Mes colistiers et moi-même adressons nos plus vifs remerciements aux électeurs de la commune de Salles-la-Source qui nous ont témoigné leur confiance.

    Les 54 % de voix que nous avons recueillis nous confortent dans les principes d’ouverture, de concertation et de transparence que nous avons voulu mettre en avant tout au long de la campagne et qui guideront nos actions et notre gestion de la commune ». »

    https://www.ladepeche.fr/article/2014/03/27/1849259-liste-salles-la-source-dynamique-commune.html

  3. Delheure dit :

    Les deux premiers adjoints contre leur maire : c’est du jamais vu ! Y aurait-il de l’eau dans le gaz de l’équipe municipale ? Va-t-on vers l’implosion ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *