A Salles-la-Source, l’écoulement des eaux dépend du bon vouloir de l’usine hydroélectrique

L’écoulement des eaux des différentes sources, ruisseaux et cascades de Salles-la-Source vit au rythme des aléas et du bon vouloir de la Société Hydroélectrique de Salles-la-Source et de son gérant M. Jean-Gérard Guibert. Les événements de la semaine qui vient de s’écouler en apportent, s’il en était encore besoin, une nouvelle preuve éclatante.

Ces écoulements d’eau sont en effet extrêmement complexes et fonctionnent en vases communicants. Ils sont totalement dépendants du remplissage du barrage et de la mise en œuvre ou non de prélèvement de l’eau par la conduite forcée qui est, de ce fait, lourd de conséquences.

Deux événements nouveaux ont marqué la journée du 1er septembre : la cascade s’est remis à couler en abondance et la source du trou Marite s’est remise à couler, le tout en période de forte sécheresse !

Nous verrons, en ce qui concerne ce dernier que le refus obstiné de la police de l’eau de mettre en place un débit réservé (obligatoire pourtant depuis 2012) sur le ruisseau de la « Gorge au loup« , en fait un ruisseau qui n’est alimenté qu’en période de hautes eaux (trop-plein) et en période de sécheresse (source alimentée par débordement du barrage qui revient dans con cours naturel), le ruisseau étant totalement asséché le reste du temps.

Voir notamment :  L’eau coule au Trou Marite et dans le ruisseau de la gorge au loup ! (14 septembre 2011)  ou L’eau coule de nouveau au trou Marite (9 août 2012) ou encore Le trou Marite, source du deuxième bras du delta, coule à nouveau ! (28 juillet 2015)

Ces deux événements simultanés sont liés à la fuite d’eau de la conduite forcée ayant entraîné la fermeture de la vanne située en haut de la conduite. L’apport d’eau des orages du milieu de la semaine ayant rempli plus rapidement qu’à l’accoutumée le lac de barrage, a provoqué son débordement avec toutes ses conséquences :

– Ranimation des diverses sources au pied de la falaise

– Fin du débit « restitué » dans le Créneau

– Une cascade resplendissante en plein été

– L’eau coule à nouveau au trou Marite, dans le ruisseau de la gorge au loup et à la cascade du trou de l’Arnus

Voyons les faits en images :

– Ranimation des diverses sources au pied de la falaise : comme l’a décrit martel, l’eau du delta souterrain s’écoule naturellement par 7 source (Voir « Martel et les 7 sources de Salles »)

Source « principale » :

Source intermédiaire :

Ces deux sources alimentent directement le Créneau :

Source de la gachette (qui alimente notamment le lac du château) avant de rejoindre le Créneau :

– Fin du débit « restitué » : faute de « débit réservé » dans le tronçon haut du créneau, une partie de l’eau prélevée par la conduite forcée est rendue à la rivière au niveau du petit bâtiment (ancienne usine électrique de 1906) et plus bas, en amont de la cascade. Ces restitutions ont donc été stoppées :

– Une cascade resplendissante en plein été : c’est sans doute ce qui surprendra le plus le visiteur, au cœur d’un été sec, la cascade resplendissante !

– L’eau coule à nouveau au trou Marite et dans le ruisseau de la gorge au loup. les 2 séries de photo ci-dessous ont été prises les 26 août et 1 septembre. Elle montrent alternativement le ruisseau totalement asséché par négligence coupable de la police de l’eau qui se REFUSE à y faire appliquer la loi sur le débit réservé  et le ruisseau comme il devrait être toute l’année (loi applicable partout en France SAUF à Salles-la-Source) :

26 août 2017 : ruisseau totalement asséché

  

1 septembre 2017 : le ruisseau « revit »

Le ruisseau s’écoule même déjà au trou de l’Arnus (ravin en contrebas de la route départementale) :

 

 

 

4 Responses to A Salles-la-Source, l’écoulement des eaux dépend du bon vouloir de l’usine hydroélectrique

  1. Gaudron dominique dit :

    On a du mal à saisir la position du maire dans ce micmac ,on a le sentiment d’une position ambiguë ou pour le moins un peu molle de sa part

  2. grebert dit :

    Débit réservé non respecté : mais que fait la Police ? De quel côté est-elle ?

  3. Engoulevent dit :

    Oui, vraiment, que fait la Police de l’eau ? Si elle ne régit pas vivement aux événements en cours, on pourra se poser de sérieuses questions sur son compte. A suivre… de très près !

    • Ergé dit :

      Il n’y a pas que la police des eaux. Il y a tous ces mujtiples services dépendant de divers ministères successifs, qui ont laissé faire à sa guise une entreprise qui s’est considérée comme le seul maître à bord depuis près de 90 ans et qui n’a rien fait pour régulariser sa situation administrative comme elle s’y était engagée en signant le cahier des charges de concession de 1980

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *