A propos des micro-centrales hydroelectriques

Quels enjeux énergétiques et écologiques représentent les microcentrales hydroélectriques ?

La revue de la Fédération Départementale de pêche de l’Aveyron vient d’éditer un dossier sur ce thème sur ce théme dans le dernier numéro de leur revue  « Piscator ».

Présenté comme « énergie propre », ce type de production seraient censé n’avoir que des avantages. Qu’en est-il en fait ?

piscator-micro-centrales-hydroelectriques

 

Qu’apprenons-nous dans ce bulletin qui pourrait concerner aussi l’usine hydroélectrique de Salles-la-Source ?

« Derrière le terme vertueux d’énergie renouvelable, ce sont en réalité des raisons avant tout financières qui poussent certains à détruire. Le plus fort dans ce nouvel exemple d’écologie-business, c’est que ce sont les consommateurs qui paient la note. Et doublement ! Sur leur facture et par rapport à leur qualité de vie ! »

« Quelles conséquences sur la qualité de l’eau, notre cadre de vie, nos loisirs, le tourisme ? Quel est l’intérêt de casser pour de si faibles productions ? Est-ce que tout a un prix, s’achète, se négocie ? »

En Aveyron, 95 microcentrales produisent seulement 3.12 % de l’énergie hydroélectrique. A contrario une seule usine comme Montézic produit 10 % de la production du bassin Adour-Garonne !

Le coût de l’énergie produite est 2 à 3 fois supérieur à celui des grosses centrales hydroélectriques, mais l’heureux signataire d’un contrat, avec EDF et les entreprise locales de distribution, bénéficie d’un prix garanti pour 20 ou 30 ans !

Une grande partie du réseau de rivières aveyronnaises (de haute qualité) est en train d’être déclassées pour permettre l’installation de nouvelles microcentrales hydroélectriques…

Ces centrales présentées comme « propres » produisent des dégats importants sur la vie aquatique des rivières. Mais ce qui se passe dans l’eau est peu visible et personne ne se rend compte de ces dégradations.

Il nous faut arrêter de planifier sur une consommation exponentielle d’électricité.Actuellement économiser l’électricté revient beaucoup moins cher que d’en produire toujours d’avantage en dégradant l’environnement.

 

« Il est toujours facile de privatiser les bénéfices et laisser à la collectivité l’obligation de compenser la perte du pouvoir auto-épurateur des eaux de la rivière, la hausse des températures, les multiples effets pernicieux de l’arrêt du transport sédimentaire, les ravages sur la faune piscicole, etc ».

Jacques Wencker, membre du Comité national de l’Eau, membre du directoire du réseau Eau de l’association France Nature Environnement.


« L’objectif de développement de la petite hydraulique (entre 300 et 500 nouvelles microcentrales) est de 0,2 Millions de tonnes équivalents pétrole (Mtep). Comparés aux 145 Mtep de produits fossiles consommés annuellement, ces 0,2 Mtep sont dérisoires ! »

« Le rôle de l’hydroélectricité dans l’effort de développement des énergies renouvelables ne peut être que marginal. »

Nelly Ollin, ministre de l’écologie en 2007

One Response to A propos des micro-centrales hydroelectriques

Répondre à LE CANARD POINTE DU DOIGT LES MICROCENTRALES HYDROELECTRIQUES | Ranimons la Cascade de Salles-la-Source ! Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *