A la UNE du Midi-Libre, les escargots à la riscousse…

Le Midi-Libre du 2 mai a publié un reportage sur la fête du 1er mai et l’animation proposée par l’association « Ranimons la cascade ! » et l’atelier « Dessine-moi un escargot » avec la présence de nombreux peintres aveyronais venus défendre la cascade de Salles-la-Source, prisonnière de l’étroitesse de vue de l’Administration sur ce site et ce village :

Les escargots à la riscousse

Les escargots au secours de la cascade de Salles-la-Source

  »

Traditionnellement, la fête du premier mai, à Salles-la-Source, rassemble, dans une atmosphère bon enfant, des adeptes du vide grenier, des amoureux de la fête foraine et des inconditionnels de la balade en plein air dans un site majestueux. Depuis l’année dernière, la manifestation reçoit aussi les adhérents, très nombreux, du comité Ranimons la cascade.

Tout le monde connaît désormais ce combat qui se déroule à la fois sur le champ administratif et par des manifestations publiques, et qui consiste à faire en sorte que cesse l’exploitation d’une microcentrale alimentée par l’eau qui assure le début de la cascade.

Les procédures ont été entamées en juin 2010, et, l’année dernière, le comité y était allé d’une petite pièce de théâtre destinée à faire partager sa position. Cette fois, ce sont les escargots qui ont eu la vedette. « Des escargots qui symbolisent la lenteur de la procédure » explique bien volontiers un sympathisant qui, on l’aura compris, voudrait bien sortir de cette spirale infernale.

Le charmant gastéropode a donc été croqué sous toutes les coutures par des enfants dont les dessins ont été ensuite exposés. Des enfants qui étaient conseillés par de véritables artistes, Guy Sounillac, Marie-Claude Cavagnac, Jean-Luc Fau, Gérard Marty, Michel Cure, Gérard Fournier…

Tout cela pourrait, assez logiquement finalement, aboutir à une opération escargot, puisque les membres du comité, fidèles à leur nouveau totem, envisagent de se promener, dans quelque temps, « sur les routes du département, ou ailleurs, afin d’entretenir la flamme ».

Nous l’avons dit, le dossier est pour l’instant au ministère de l’Industrie. Ceux de Ranimons la cascade souhaitent donc une réponse assez rapide, et espèrent qu’elle consistera en une interdiction d’exploitation de la microcentrale « car la concession devait s’arrêter en 2005. L’exploitation a duré quatre-vingts ans. Elle a sûrement été rentable. Parfait. Mais maintenant ça suffit ».

Mais si jamais le comité n’avait pas gain de cause, ses représentants affirment qu’ils se tiennent prêts à aller au tribunal administratif. La lenteur a forcément ses vertus, mais les amoureux des escargots estiment probablement qu’ils en ont désormais assez bavé. »       Midi-Libre – 2 mai 2012

A lire aussi en page régionale : « Au secours de la cascade »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *